dimanche, août 08, 2010

 

Conclusions du Conseil européen sur le vieillissement actif

3019ème session du Conseil EMPLOI, POLITIQUE SOCIALE, SANTÉ et CONSOMMATEURS

Bruxelles, le 7 juin 2010

PROBLÉMATIQUE

L'Europe connaît actuellement d'importantes mutations démographiques, comme la Commission l'a souligné dans sa communication du 12 octobre 2006 intitulée

"L'avenir démographique de l'Europe, transformer un défi en opportunité" et dans celle du 21 avril 2009 intitulée "Gérer l'incidence d'une population vieillissante dans l'Union européenne".

La population des plus de 60 ans va augmenter beaucoup plus rapidement que ce qu'a jamais connu l'Union européenne et que la plus forte augmentation devrait intervenir au cours de la période 2015-2035, la population des plus de 60 ans augmentant alors de 2 millions de personnes chaque année.

Pour encourager la participation des personnes âgées, il est important de mettre en place un environnement propice au vieillissement actif, de promouvoir l'apprentissage tout au long de la vie et l'accès aux technologies de l'information et de la communication, ainsi que le bénévolat et l'engagement civique.

La contribution des personnes âgées au développement économique et social (adoptée en février 2007) fait ressortir la nécessité de renforcer les ressources et le potentiel des personnes âgées en vue de leur participation active à la société dans son ensemble.

Constat que, partout dans l'Union européenne, les femmes et les hommes âgés qui cherchent à mener une vie active et à vieillir dans la dignité se heurtent à de grandes difficultés.

Les conclusions de la conférence d'inauguration de l'année européenne de la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, tenue le 21 janvier 2010 pendant la présidence espagnole, qui ont mis en évidence la vulnérabilité des personnes âgées face à l'exclusion sociale et à la pauvreté.

DIVERSES MESURES À PROMOUVOIR

Mettre en place une approche stratégique pour l'UE 2008-2013", qui souligne la nécessité de promouvoir la santé tout au long de la vie dans une Europe vieillissante.

Adopter des principes communs de flexicurité, dans lesquelles le Conseil soulignait que la flexicurité devrait promouvoir des marchés du travail plus ouverts, plus souples et accessibles à tous et qu'elle suppose également de disposer de stratégies globales d'apprentissage tout au long de la vie et de systèmes de sécurité sociale modernes, adaptés et durables.

Mettre en évidence l'importance de la solidarité entre les générations pour que la société vive dans la cohésion grâce à de nouvelles formes d'échanges entre les générations et appelé à consacrer une année européenne à cette question.

Les différents secteurs doivent coopérer davantage, en particulier les secteurs sociaux et de la santé, à la fois au niveau de l'EU, entre les États membres et au sein de ces derniers, afin de permettre à la population de l'UE de vieillir dans la dignité en restant active et en bonne santé, et que les États membres ont à cet égard beaucoup à apprendre les uns des autres.

Des actions visant à promouvoir le vieillissement en bonne santé et dans la dignité et à adopter, le cas échéant, en 2011, un plan d'action pour de nouvelles initiatives en faveur de la dignité, de la santé et de la qualité de vie des personnes âgées.

LES EFFETS ESCOMPTÉS

La mobilisation de tout le potentiel représenté par les personnes âgées est une mesure essentielle pour faire face au changement démographique, qui devrait toutefois s'inscrire dans le cadre d'une stratégie d'ensemble couvrant les cinq domaines politiques mis en exergue dans la communication de la Commission sur l'avenir démographique de l'Europe. Cette communication souligne qu'il importe d'instaurer de meilleures conditions pour le renouveau démographique de l'Europe et qu'il faut augmenter les niveaux d'emploi et améliorer la productivité, et elle insiste sur le potentiel que représentent l'immigration légale et l'importance de disposer de finances publiques saines.

À l'intérieur de la stratégie Europe 2020, grâce à une panoplie complète de mesures, notamment des actions tant au niveau de l'Union européenne qu'à l'échelon national, régional et local, apportera une contribution majeure pour faire face aux défis du changement démographique et tirer le meilleur parti des possibilités que cela ouvre pour améliorer la qualité de vie de tous les citoyens de l'UE.

LES PRINCIPAUX CONSTATS DU CONSEIL

La compétitivité économique et la prospérité futures de l'Europe dépendront fondamentalement de sa capacité à utiliser pleinement ses forces de travail, y compris par la prolongation des périodes d'emploi sur la durée de la vie et par l'adoption de mesures appropriées permettant de concilier le travail, la vie familiale et la vie privée. Puisque beaucoup d'Européens vivent plus longtemps et en meilleure santé, permettre aux travailleurs âgés de rester sur le marché du travail, et les y encourager, contribue grandement à la solidarité entre les générations.

L'allongement de l'espérance de vie moyenne, conjugué à la faiblesse des taux de natalité, impose de trouver un nouvel équilibre entre les jeunes générations et les générations plus âgées, lequel phénomène se trouve actuellement exacerbé par le fait que d'importantes cohortes du baby-boom atteignent actuellement l'âge de la retraite.

L'allongement de l'espérance de vie moyenne est un acquis pour nos sociétés mais que la problématique démographique constitue un défi pour la viabilité des finances publiques, et en particulier pour la pérennité du financement des retraites, des soins de santé et des soins de longue durée, dont le coût devrait augmenter dans tous les États membres du fait de l'augmentation du nombre de personnes âgées dans nos sociétés.

Les personnes âgées apportent une aide importante à d'autres membres de la société et que leur permettre de rester actives et indépendantes doit devenir une priorité pour pouvoir gérer valablement les effets du vieillissement sur l'économie et la société.

Les personnes âgées disposent d'une masse de connaissances, de compétences et d'expérience dont elles pourraient utilement faire profiter la société, ce qui renforcerait la solidarité entre les générations et le développement de la société civile.

Cet apport n'est pas seulement d'ordre économique, mais qu'il touche également aux domaines social et culturel ainsi qu'aux solidarités familiales.

Dans le cadre de la stratégie de Lisbonne, dont un des objectifs était d'atteindre en 2010 un taux d'emploi de 50 % pour les travailleurs âgés, les États membres ont inversé la tendance aux retraites anticipées et que le taux d'emploi des personnes entre 55 et 64 ans dans l'UE-27 est passé de 36,9 % en 2000 à 46,2 % au troisième trimestre de 2009.

Les hommes et les femmes âgés constituent un groupe hétérogène de personnes ayant des capacités et des besoins différents en fonction de leur âge, de leur niveau de formation, de leur situation sociale, culturelle et économique ainsi que de leur état de santé et que cette diversité, ainsi que ses conséquences sur l'égalité entre les sexes, doivent être prises en compte lorsqu'il s'agit de mobiliser le potentiel des femmes et des hommes âgés ou de répondre à leurs besoins dans un esprit de cohésion sociale et de solidarité entre les générations.

LES FAITS MARQUANTS À RETENIR

Le meilleur moyen pour l'Europe de résoudre les problèmes liés au vieillissement de lapopulation est d'exploiter pleinement le potentiel qu'offrent les personnes âgées, et qu'il faudra donc promouvoir le vieillissement actif.

Il arrive que des hommes et des femmes soient confrontés à des discriminations inacceptables fondées sur l'âge, et que la promotion et la mise en oeuvre de politiques d'égalité des chances devraient faire partie intégrante d'une stratégie de vieillissement actif.

Le vieillissement actif et la mobilisation du potentiel des personnes âgées seront déterminants pour sauvegarder la solidarité entre les générations: cela devrait permettre l'inclusion et la participation de tous en fonction de leurs besoins, de leurs intérêts et de leurs capacités.

Le vieillissement actif doit créer des possibilités de rester plus longtemps sur le marché du travail, de contribuer à la société en travaillant à titre gracieux au sein de la communauté en tant que bénévoles ou de transmettre des compétences aux plus jeunes, et au sein de la famille élargie, et de vivre le plus possible et aussi longtemps que possible de manière autonome et dans la dignité.

La participation prolongée à l'emploi des travailleurs âgés, hommes et femmes, peut contribuer utilement à améliorer les performances et la productivité de l'économie, ce qui profite à toutes les couches de la société.

Le vieillissement actif doit être appréhendé dans la perspective plus large de l'employabilité durable des hommes et des femmes pendant toute la vie active et que, pour encourager les travailleurs âgés à garder un emploi, il faut notamment améliorer les conditions de travail afin de préserver leur santé et leur sécurité ou adapter les lieux de travail à leur état de santé et à leurs besoins, lutter contre les discriminations fondées sur l'âge et le sexe, actualiser leurs compétences en leur offrant des possibilités adaptées d'éducation et de formation tout au long de la vie et revoir, le cas échéant, le régime fiscal et celui des prestations sociales de manière à ce qu'ils incitent réellement à travailler plus longtemps.

Il faudrait mettre mieux à profit le potentiel énorme que représentent les personnes âgées pour la société lorsqu'elles font du bénévolat ou prennent soin d'autres personnes de manière informelle, en promouvant une culture qui valorise le travail bénévole et en mettant en place le cadre et les solutions qui s'y prêtent.

Vu la part croissante de personnes âgées dans la population européenne, il est plus important que jamais de promouvoir le vieillissement en bonne santé, ainsi que l'efficacité et la qualité des soins de santé et des services de prise en charge sociale. Pour vieillir en bonne santé, il est important d'avoir une vie sociale active, une activité physique et une alimentation équilibrée dès le plus jeune âge, ce qui retarde l'apparition de maladies et d'infirmités et est donc bénéfique pour les personnes et la société. Si les personnes vieillissent en meilleure santé et que les soins de santé et les services de prise en charge sociale, y compris en termes de prévention, sont plus efficaces et plus accessibles, les coûts de la prise en charge s'en trouveront allégés et cela pourrait compenser dans une large mesure le poids financier du vieillissement démographique dans les secteurs social et de la santé.

Les politiques prophylactiques doivent essentiellement viser à préserver l'autonomie et la dignité de la personne, à retarder l'apparition des risques d'infirmité et à retarder l'état de dépendance, et à réduire de la sorte la nécessité d'une prise en charge de longue durée.

Beaucoup de personnes âgées devront néanmoins faire face à des ennuis de santé et que leur capacité à mener une vie active et autonome sera alors fortement tributaire de l'environnement dans lequel elles vivront et de l'aide sociale et des services auxquels elles auront accès.

Pour créer des conditions plus propices au vieillissement actif, il faudra que les parties prenantes à tous les niveaux soient informées, se mobilisent et agissent, y compris les pouvoirs publics, les partenaires sociaux et les organisations de la société civile.

Notamment, les pouvoirs publics ne peuvent à eux seuls déployer des politiques de l'emploi pour les personnes âgées; il faut donc coopérer avec les partenaires sociaux et s'assurer l'appui des entreprises pour promouvoir l'emploi des personnes âgées.

Il est nécessaire d'échanger des avis, des expériences et des bonnes pratiques aux niveaux de l'UE, national et local sur les politiques et les initiatives visant à promouvoir le vieillissement actif afin de mieux mobiliser le potentiel des personnes âgées et d'éliminer les obstacles au vieillissement actif.

IMPLICATIONS DES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION EUROPÉENNE

Mettre en évidence les bénéfices et les perspectives qui découleraient pour la société de la participation économique et sociale des femmes et des hommes âgés, notamment si l'on fait en sorte que les personnes qui approchent aujourd'hui de la soixantaine ou sont dans la soixantaine aient de bonnes chances d'avoir un emploi, de participer activement à la société et d'être en bonne santé.

Encourager les entreprises à adopter des stratégies de gestion intégrant la problématique de l'âge qui accroîtront leur compétitivité en tirant parti de l'expérience et des qualités particulières des travailleurs âgés.

Faciliter la croissance de l'"économie des seniors" qui, pour satisfaire les besoins des personnes âgées de plus en plus nombreuses, crée de nouveaux débouchés et de nouvelles possibilités de carrière pour les personnes de tous âges.

Renforcer la solidarité entre les générations, qui est un des leviers les plus importants pour améliorer la cohésion sociale et faciliter l'avènement d'une culture de la participation qui associe les hommes et les femmes de tous âges.

Faire du vieillissement actif l'une de leurs priorités pour les années à venir. Dans ce cadre, il faudra en particulier créer les conditions propices à la valorisation du potentiel des personnes âgées et imaginer des manières originales de concevoir les actions à mener ainsi qu'une formation appropriée pour le personnel des services d'aide.

Poursuivre le développement de politiques en faveur du vieillissement actif par le biais d'activités spécifiques et en visant à atteindre des objectifs déterminés dans le cadre de l'année européenne pour le vieillissement actif.

Relever les taux d'emploi des travailleurs âgés en améliorant les conditions de travail, en investissant dans la formation tout au long de la vie et en supprimant les obstacles à l'emploi, y compris ceux qui sont liés aux discriminations. Cela devrait se faire, le cas échéant, en coopération avec les partenaires sociaux.

Faciliter l'accès des personnes âgées à l'éducation et aux technologies de l'information et de la communication, qui leur permettront de rester actives et pleinement impliquées dans la société.

Promouvoir les initiatives dans le cadre du bénévolat, ainsi que les initiatives d'échange intergénérationnel tant pour les femmes que pour les homme et les activités bénévoles des personnes âgées.

Veiller à ce que les services sanitaires et sociaux coopèrent et s'attachent davantage à la promotion de la santé, y compris à intervenir de manière précoce, pour que les personnes puissent vieillir dans la dignité en restant actives et autonomes.

Encourager les autorités régionales et locales, les partenaires sociaux et d'autres parties prenantes à oeuvrer à la réalisation des objectifs liés au vieillissement actif et à lancer des initiatives à cette fin.

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?