mercredi, octobre 25, 2006

 

Le départ d’une conjointe après plus de 24 ans de vie commune.


Le départ d’une conjointe après presque 25 ans de vie commune est une dure épreuve. Comment ça arrive? Souvent, c’est une surprise pour le conjoint quitté : il n’a pas vu venir, est trop occupé à gérer le stress et/ou le quotidien au travail, n’a pas eu le temps de prendre du recul, il prépare sa retraite, la pression exercée par un ou plusieurs événements imprévu(s), un étranger d’âge mûr qui courtise sa fille de 18 ans, la maladie qui a changé la personnalité de sa conjointe. Toutes sortes d’autres raisons pourraient être évoquées.

Le résultat net, c’est le bris du lien d’amitié et d’affection intime entre les deux personnes en couple et finalement, le déchirement du lien familial. C’est une catastrophe, évidemment! Pour la personne qui vit une telle situation du jour au lendemain, que ce soit au féminin ou au masculin, et qui ne l’a pas désirée, cela demande une grande force de caractère pour passer au travers. D’autant plus que la personne qui laisse son conjoint cherche à régler ses comptes, surtout des frustrations ou des insatisfactions qu’elle gardait bien cachées à l’intérieur d’elle-même, qui ont gâté sa vie et détruit son couple. Avait-elle le droit de le faire? C’est son droit, diront certains complaisants, mais certainement pas à n’importe quel prix. Et surtout pas en rejetant la bonté, la tendresse et les attentions de son conjoint. Parce que celui qui est quitté avait droit à des égards et méritait des explications. Mais, c’est généralement tout le contraire qui arrive : il devra encaisser des réactions et des comportements de mesquinerie et de méchanceté, lui qui pensait que ses efforts et ses attentions étaient appréciés à leur juste valeur. À tout le moins, il aurait dû avoir une chance de faire valoir son point de vue, savoir exactement où il avait tort ou pourquoi le bateau avait coulé. Mais, cela ne se passe habituellement pas comme ça. À la guerre comme à la guerre! Il n’y a pas de place pour les pacifiques et les parlementaires. On tire dans le tas, quels que soient les dégâts ou les gâchis qui en résultent. On réparera après.

Personne n’est parfait. Mais, l’autre personne, celle qui a préparé son départ de longue main, qui se pare de toutes les grâces et de tous les mérites, sait, au fond d’elle-même, qu’elle a joué gros jeu et qu’elle n’a pas été correcte dans ses démarches. Pour tout camoufler, elle simule, elle ment, elle invente des histoires, lance des accusations de toutes sortes, méprise l’autre, son ancien compagnon de vie. Il n’y a pas de place pour la Vérité et le retour sur soi.

Ce genre d’événements n’est pas de l’histoire ancienne. C’est de plus en plus courant dans notre société gavée par l’abondance et le confort matériel et ça arrive dans les jeunes couples comme dans les couples plus âgés.

Est-ce un phénomène de civilisation, d’absence de valeurs morales ou tout simplement de l’opportunisme individuel? Difficile à départager!

Chose certaine, quand soudainement, on voit son conjoint ou sa conjointe, changer drastiquement de comportement, sans raison valable, qui perd le respect de l’autre, alors, on ne sait plus quoi faire et avec raison. Il y a des personnes qui ont déjà vu de telles situations arriver et qui absorbent relativement bien le choc, sachant bien que la chaloupe de sauvetage est bien arrimée à l’arrière du bateau. Pour d’autres, plus fragiles, cela peut signifier l’effondrement de leur personnalité et le commencement de la fin de leur bonheur sur terre. Toutes les situations intermédiaires sont aussi possibles.

Finalement, que doit-on penser des séparations du genre? Il y aura certainement des effets boomerang et un prix à payer pour rejeter celui qui avait de la bonté dans le coeur et plein de tendresse dans ses attentions de tous les jours. Il n’y a pas de bonheur dans la dureté et le manque de générosité au plan des sentiments. Avec le temps, celui qui a été quitté retrouvera sa quiétude et reformulera ses aspirations pour atteindre à nouveau, la joie de vivre. Mais, pour l’autre personne, celle qui a fait fi de tout ce qu’elle a reçu, elle perdra ce qu’elle pensait avoir donné et vivra avec du monde qui lui ressemblent et qui agiront de la même manière avec elle. C’est ce que l’on voit arriver le plus souvent!

La personne quittée gardera en mémoire l’image de l’autre personne, celle qu’il pensait avoir aimé. Il pourra préserver ainsi tous ses beaux souvenirs et avoir l’impression de pouvoir à nouveau retrouver un jour d’autres bonheurs du même genre.

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?