mercredi, novembre 01, 2006

 

Aimeriez-vous encore patiner sur la glace?


Patinage gratuit pour les Séniors de plus de 60 ans aux Galeries de la Capitale, Québec.

Pour les horaires de patinage, voir l’adresse Internet suivante :

http://www.mega-parc.com/

Se remettre en forme en faisant du patin à glace

Lorsque j’ai pris ma pension, une des premières activités que j’ai décidée de faire a été de me remettre à patiner. Mon choix s’est porté sur la patinoire intérieure du Centre d’achats Galeries de la Capitale. Et ce, pour de multiples raisons. D’abord, il est possible de patiner à longueur d’année, la saison comme telle n’a plus d’importance. Ensuite, la glace est toujours belle, bien entretenue et la température ambiante est idéale. Enfin, on y retrouve de nombreuses personnes, des Séniors surtout, des gens comme vous et moi, qui profitent gratuitement de la glace de la patinoire durant les après-midis de la semaine et de la fin de semaine. Remercions les gestionnaires de Place de la Capitale pour cette délicate attention.

Pour moi, les séances de patinage ont été l’occasion de faire de nouvelles connaissances et de me remettre en forme physiquement. Après une couple d’heures à faire le tour de la patinoire, l’exercice est suffisant pour sentir une bonne fatigue dans les jambes et au niveau du reste du corps. Cela fait partie des bons exercices que l’on doit faire chaque semaine pour se garder en forme si l’on veut vieillir en sagesse et en beauté.

Durant la semaine ce sont surtout des gens d’un âge certain que l’on voit patiner en majorité et la fin de semaine, c’est le tour des enfants et des adolescents de prendre la relève sur la patinoire.

Après le patinage, pour ceux que ça intéresse, il est possible de faire du lèche-vitrine dans les magasins, de combler une fringale dans les nombreux comptoirs lunch ou encore de s’offrir une séance de cinéma à six dollars, des jeux pour ceux qui ont encore l’âge ou qui désirent amener leurs petits-enfants, IMAX, ... Peut-on s’imaginer être capable de s’ennuyer devant tant d’attractions et de distractions?

Certains parmi les Séniors fréquentant la patinoire de Place de la Capitale, lorsque l’hiver est bien installé, passe aux patinoires extérieures. Dans la ville de Québec et ses environs, il en a un peu partout. Ainsi, à titre d’exemples, on pourrait parler de la petite patinoire située à Place d’Youville, de l’anneau de glace près de l’ancien Hôtel de ville de Ste-Foy, de la piste aménagée sur la rivière Saint-Charles et de nombreuses autres patinoires faisant partie des anciennes villes maintenant fusionnées. Il y a aussi plusieurs arénas utilisées principalement pour les parties de hockey qui s’adressent surtout aux jeunes.

Une activité à la portée de tous, surtout des SÉNIORS

Le patinage est une activité sensée intéresser tous les Séniors de ma génération. Pourquoi? Parce que toute ma génération a appris à patiner. Rappelons que, dans les années cinquante, la plupart des patinoires au Québec étaient des patinoires externes.

Habitant alors la campagne, j’ai appris, comme tout le monde, à patiner dès mon tout jeune âge. À la fin de l’automne, on s’empressait de monter les panneaux de bois de la patinoire tout autour d’un chalet. Et l’arrosage à gros boyau commençait dès que le froid était suffisamment persistant. Il y avait beaucoup d’enfants à cette époque car on faisait partie de ce qui allait devenir la génération des bébé-boomers.

Il y avait aussi des joutes de hockey avec des équipes locales. Chaque village avait son équipe et les affrontements lors des parties étaient quelque chose que l’on prenait très au sérieux. Je m’en rappelle comme si c’était hier. C’est au cours de cette période (début des années cinquante) que la télévision est apparue dans les foyers.

Lorsqu’il n’y avait pas de pratiques de hockey, la patinoire était alors réservée au patinage, pour les jeunes comme pour les moins jeunes. La patinoire était toujours remplie de monde, tous les soirs de la semaine, ainsi que les fins de semaine.

Pour bien éclairer toute la surface de la glace, de grands lampadaires étaient disposés tout autour de la patinoire. Le soir, quand on levait la tête, c’était l’éblouissement. Très souvent, une fine averse de neige venue de nulle part tombait du ciel tout noir et recouvrait la glace de la patinoire. Il fallait alors passer la « gratte » en patinant, une opération que l’on s’empressait d’exécuter, nous les jeunes de l’époque. C’était vivifiant!

Un sage conseil

Moi, je préfère patiner au lieu de participer à des voyages organisés dans les Casinos. En fait, pourquoi ne pas préparer une excursion d’une journée aux Galerie de la Capitale, faire du patin tout en faisant du shopping. Rien de plus facile, c’est gratuit et il n’y a pas de réservations à faire. C’est réalisable à longueur d’année. Avis aux intéressé(e)s!

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?