mercredi, janvier 03, 2007

 

La révolution de l’espérance de vie.

Parmi les sujets qui apparaissent les plus importants pour les jeunes Séniors, il y a le fait que l’on est de plus en plus nombreux à se rendre à un âge avancé. Pourquoi en est-il ainsi? À ce propos, j’ai déniché un article de Frédéric Albrecht qui fait à mon sens, le tour de la question.

En le lisant, j’ai réalisé que j’étais un chanceux dans ma malchance. Le fait de vieillir n’était plus aussi traumatisant qu’autrefois. Plus même, vu le nombre d’années qui se sont rajoutées en moyenne (accroissement de la longévité), nous sommes devenus les premiers grands champions de l’humanité au plan de l’allongement de l’espérance de vie.

Source : (http://www.vivre100ans.fr/vieillissement/maladie/revolution1.htm)

La révolution de l’espérance de vie

« L'espérance de vie était de 47,5 ans au début du siècle, elle tourne aujourd'hui aux alentours de 80 ans… Les faits sont là. Dans la quête de la longévité, nous avons gagné en moins d'un siècle plus qu'en des millénaires… Pourquoi ?

Notre planète connaît aujourd'hui une véritable révolution démographique. De 3 milliards d'habitants en 1950, nous sommes passés à 6 milliards en 1999, et nous serons probablement 11 milliards en 2025. Mais surtout, l'un des faits les plus marquants est l'explosion du nombre des plus âgés et l'accroissement prévu de leur part dans la population mondiale. En France, sur les 60 millions d’habitants que compte le pays, 20% ont plus de 60 ans. Dans 50 ans, cette proportion atteindra 35%. Les plus de 75 ans auront triplé, les plus de 85 ans auront quadruplé…

Vivre sa vie jusqu’au bout

L’espérance de vie était de 47,5 ans au début du siècle, elle tourne aujourd’hui aux alentours de 80 ans… Les faits sont là. Dans la quête de la longévité, nous avons gagné en moins d’un siècle plus qu’en des millénaires… C’est une véritable révolution que nous vivons actuellement. Nous assistons, dans les pays industrialisés tout au moins, à une nouvelle donne : l’homme vit sa vie jusqu’au bout. Pourquoi aujourd’hui ? Le 20ème siècle a été riche de progrès : dans la première moitié du siècle, nous avons gagné des années d’espérance de vie grâce à la baisse de la mortalité infantile ; dans la seconde moitié, c’est l’explosion de l’espérance de vie des personnes âgées de plus de 65 ans qui a nous a permis d’avoisiner aujourd’hui les 80 ans.Il pourrait y avoir 3 types d’explications à ces années gagnées : génétiques, comportementales ou environnementales. Au niveau génétique, le consensus scientifique est formel : nous n’avons pas, en un siècle, subi de mutations génétiques, l’homme d’aujourd’hui a les mêmes chromosomes que l’homme du Moyen-âge ! De la même manière, l’explication ne vient pas non plus d’un bouleversement comportemental : notre façon d’interagir avec le monde n’a pas fondamentalement évolué.

Un environnement propice

Tout s’explique donc par l’environnement… Au cours du 20ème siècle, celui-ci s’est profondément modifié. Dans la notion d’ « environnement », il faut entendre à la fois les progrès médicaux (vaccins, antibiotiques, traitements des cancers), mais aussi économiques ou sanitaires : tout-à-l’égout, eau potable, lutte contre la pauvreté, instruction des mères, etc. Ces changements majeurs ont amélioré notablement notre santé, celle de nos enfants (longtemps, un enfant sur deux mourait avant l’âge de 10 ans) et de leur mère (dangereux post-partum !), celle, aujourd’hui, de nos aînés. Car la lutte contre les maladies de l’âge avance, et on peut en ce début de 21ème siècle faire son jogging matinal à 70, 75 ou 80 ans !

Dans les pays industrialisés, l’âge au décès le plus élevé augmente aussi. Mais cela ne signifie pas nécessairement que la longévité humaine augmente ! Car plus le nombre de personnes vivant jusque 90 ans est grand, plus, à chances de survie égales, est grande la probabilité qu’au moins une personne atteigne 95, 100, 105 ans ! Comme le précise M. Robine, « si l’espérance de vie atteignait 100 ans, 83% des petites filles nées en 2000 atteindront 90 ans, 58% arriveront à 100 ans, 20% à 110 et 1% à 120 ans ».

En deux mots, l’espérance de vie a augmenté, mais l’espérance de vie sans incapacité aussi. En 10 ans, entre 1981 et 1991, les femmes de 65 ans ont gagné 1,8 an d'espérance de vie et 2,3 ans d'espérance de vie sans incapacité ; les hommes 1,6 an d'espérance de vie et 1,3 an d'espérance de vie sans incapacité. Pour les femmes comme pour les hommes, l'accroissement de l'espérance de vie s'est accompagné d'une augmentation de la part de la vie vécue sans incapacité indiquant pour la France, une compression de la morbidité aux âges élevés.C’est-à-dire que les années gagnées sont de bonnes années ! »

Enfin, nous sommes rendus à la croisée des chemins pour un avenir meilleur et prolongé de la vie humaine, pour ceux d'entre nous qui ont accès aux meilleurs niveaux de vie sur cette planète. Il n'en est pas de même pour tous malheureusement.

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?