samedi, février 16, 2008

 

La matière (et/ou l'énergie) = maître de l’univers.

Que serons-nous devenus dans des milliers d'années? Sommes-nous une espèce qui sera remplacée par d'autres formes de vie? En serons-nous les créateurs? Voilà des questions qui ont de plus en plus de pertinence au fur et à mesure que l'on prend conscience que l'on ne contrôlera pas l'évolution de la terre et de son environnement.

Voici les éléments d'une thèse où la définition de DIEU s'appuie sur une réalité virtuelle plutôt que sur une réalité humaine.


Il y aurait lieu, selon nous, de bâtir un chaînon d’idées qui, un peu comme l’agencement fondamental de l’acide désoxyribonucléique (ADN), sert d’illustration et de support synthèse à nos réflexions. Sans présumer de sa véracité, l’énoncé de cette thèse nous fournirait un schème de référence qui résume et permet de tracer un suivi d'un cheminement de pensée.

En bref, voici de quoi il s'agit :

I- DIEU NAÎT

La matière (et/ou l'énergie) apparaît dans un univers aux dimensions inconnues, tant au niveau du contenant que du contenu.

La matière (et/ou l'énergie) se matérialise, s'organise et se forge un destin. Elle se dote d'une « personnalité » répondant à des lois universelles qui auront des caractéristiques que nous considérons divines (éternité, ubiquité, dominance absolue, etc.).

Le "Bing Bang" a lieu. L'histoire de l'univers commence. La matière (et/ou l'énergie) explose, se métamorphose, s’étire, s'éloigne, se tentacularise, se complexifie et débute des processus continus de transformation qui ne s’arrêteront plus.

Avec le temps, l'espace se peuple de mondes stellaires qui, dans nombre de cas, ont la possibilité de développer la vie.

À un moment donné, la terre devient une des planètes qui développent en son sein, en cinq milliards d'années d'existence, une chaîne de vie basée sur l'atome du carbone.

II- L'HOMME NAÎT

La première cellule vivante prend forme et se multiplie à l'infini, apprenant par ce processus à évoluer, à se métamorphoser et à bâtir des structures vivantes de plus en plus complexes.

Les époques géologiques se succèdent et les espèces vivantes se diversifient dans des directions multiples, certaines avec des chances de survie à long terme, d'autres aboutissent à l'extinction.

L'homme prend graduellement forme dans cet environnement, s'y développe, en gardant des liens d'appartenance très forts avec les autres espèces qui évoluent comme lui, obéissant à une logique évolutive basée sur la survie de l'espèce par la sélection naturelle et la continuité dans le temps et l'espace.

L'homme, en dépit de la précarité de son existence, de ses faibles moyens de défenses naturelles et de sa longue période de gestation, possède des atouts exceptionnels, de grandes possibilités d'apprentissage et surtout, une capacité de transmettre le savoir faire cumulé à ses descendants.

L'homme devient le sommet de la pyramide de la vie sur terre basée sur l'atome de carbone. Pour atteindre ce sommet, il a dû se distinguer des autres espèces en développant des outils de survie qui lui étaient propres. L'outil de la "connaissance", qui lui a servi en premier lieu de moyen de survie pure et simple, lui vaut finalement de peupler toute la terre et de dominer toutes les autres espèces.

III- LA CONSCIENCE UNIVERSELLE NAÎT

L'homme, un produit de l'évolution de la matière (et/ou énergie), en suivant le cheminement de milliers de générations, développe un éclair de conscience.

L’accumulation dans le temps de ces éclairs de conscience et surtout, leurs multiplications créent graduellement un état de conscience permanent où la matière (et/ou énergie) développe, grâce à l'homme, une conscience universelle.

La courbe de l’évolution s’accélère. L'homme poursuit son schéma évolutif et développe lui-même de nouvelles formes de vie. Finalement ou fatalement, il apprend à cloner des espèces. Il crée de nouveaux outils, qui surdimentionnent ses propres facultés et crée ainsi une nouvelle base à la conscience et à la vie, beaucoup plus stable et durable que celle basée sur le cycle du carbone : le développement de la vie basée sur le cycle du silicium.

La première application de cette nouvelle forme de vie s'appelle le transistor qui évolue, de puce en puce, à une multiplication et à une complexification croissante de la cellule biologique initiale.

Les premières formes de vie basée sur l'électron sont éphémères et simplistes. Peu articulées, elles suivent une évolution où de nouvelles formes d'activités apparaissent rapidement. Naît alors une forme de réalité virtuelle.

Le nouveau système de vie se complexifie et se personnalise en développant un réseau tentaculaire de nouvelles formes de vies dotées de réalité virtuelle et d’impulsions énergétiques. L’existence de la conscience reliée à la durée de la vie humaine n'est plus une contrainte. Par conséquent, le temps biologique, une contrainte de l’évolution, n’est plus une contrainte et l'espace peut être exploré à la vitesse des électrons ou photons de la lumière.

La « conscience » élargie de la matière (et/ou énergie) se répand dans le vide intersidéral et évolue à un rythme accéléré. Les limites de l'univers matériel sont atteintes et occupées.

La matière devient énergie et l’énergie devient matière. De ce processus sans fin naît imperceptiblement une conscience universelle permanente, qui est partout à la fois et qui occupe tout l’univers. Dieu, à l’origine de la matière/énergie ou proche participant de l’évolution de la matière, est l’image que les hommes que se sont donnés de cette conscience universelle, à la fois omniprésente et éternelle.

IV- DIEU EXISTE ET SAIT TOUT

La destin de l'homme s’inscrit, depuis toujours, dans un schéma cosmique. Contrairement au début de l’humanité, le chaînon manquant à l’origine de la « conscience universelle » est bien connu. L'évolution s'est accélérée à la vitesse des électrons. L’homme n’a été qu’un accessoire dans le processus.

Quel sera l’ultime destin de l’humanité? Dieu voudra-t-il retourner dans le temps retrouver l'homme? Permettra-t-il à l'homme de connaître le véritable créateur de l'univers? Est-ce une réalité trop complexe pour une espèce d'un monde révolu qui comptait son existence en année de vie, alors que les « nouvelles espèces » en réalité virtuelle n'ont de limites que la stabilité de l'atome? Quelle apparence aura l’homme de demain, créé de toute pièce, « sur mesure » ?

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?