dimanche, mars 23, 2008

 

RÉGIME MÉDITERRANÉEN : LE SOLEIL.

Article paru dans le Journal de Québec, lundi 10 mars 2008

Auteur : Richard Béliveau, docteur en biochimie

On sait depuis plusieurs années que le régime alimentaire des peuples vivant aux abords de la mer Méditerranée provoque de nombreux effets positifs sur la santé, notamment pour la prévention des maladies cardiovasculaires et plusieurs types de cancers.

Jetons donc un coup d’œil sur ce qui rend le régime méditerranéen si bénéfique pour la santé.

Un régime exemplaire

Bien qu’il existe autant de versions de régimes méditerranéens que de pays situés dans cette magnifique région du globe, on peut néanmoins tracer les grandes lignes du mode d’alimentation méditerranéen. En général, ce régime peut être défini selon 9 principaux critères, selon leur fréquence dans l’alimentation quotidienne :

· Gras monoinsaturés (huile d’olive)
· Alcool (vin rouge)
· Viandes rouges et charcuteries
· Fruits
· Lait et produits laitiers
· Légumes
· Légumineuses
· Produits céréaliers
· Poissons

Il s’agit donc d’une alimentation exemplaire, riche en fruits et légumes, riche en gras monoinsaturés et polyinsaturés oméga-3, dans laquelle les sucres sont les sources principales de glucides et où les protéines proviennent principalement des poissons et des légumineuses au lieu des viandes rouges.

Bénéfices pour le cœur

Les premiers indices des bénéfices associés à l’alimentation traditionnelle des pays bordant la Méditerranée proviennent d’études réalisées dans les années 1950 qui montraient que les habitants de la Crète, une île située au sud de la Grèce, avaient une incidence de maladies cardiovasculaires de 5 à 10 fois plus faible que les habitants d’Amérique ou d’Europe du Nord.

Cet effet protecteur est dû en grande partie à la place importante qu’occupe l’huile d’olive dans l’alimentation méditerranéenne. En effet, cette huile est très riche en gras monoinsaturés et de nombreuses études ont observé que le remplacement de gras saturés de l’alimentation (viandes rouges, beurre, etc.) par ces gras monoinsaturés provoque une baisse du taux de cholestérol total, en particulier ceux du « mauvais » cholestérol (le cholestérol LDL), tout en augmentant les taux de « bon cholestérol ») (cholestérol HDL).

Les bons gras de l’huile d’olive empêchent également l’oxydation du mauvais cholestérol, ce qui diminue les dommages à la paroi des vaisseaux sanguins et réduit ainsi la formation de caillots qui peuvent entraîner des accidents vasculaires cérébraux(AVC) ainsi que des infarctus du myocarde. L’huile d’olive se distingue également des autres huiles végétales par son contenu en certains composés phénoliques (l’hydroxytyrosol, notamment) qui ont une forte activité antioxydante.

Actions anti-inflammatoires

Un autre effet extrêmement important du régime méditerranéen est son action anti-inflammatoire. En effet, l’abondance de fruits et légumes ainsi que d’aliments riches en acides gras oméga-3 dans l’alimentation, bloque la production de plusieurs molécules très inflammatoires et permet donc de réduire l’inflammation chronique.

Sur le plan de la prévention des maladies cardiovasculaires, cet effet est extrêmement important car cette inflammation chronique endommage les vaisseaux qui irriguent le cœur, ce qui augmente considérablement les risques de laladies ischémiques (manque d’oxygène dans les tissus). Cette baisse de l’inflammation joue également un rôle clé dans la prévention du cancer, en empêchant les cellules cancéreuses de profiter de conditions optimales pour croître et envahir les organes dans lesquels elles se trouvent.

Il va de soi que l’impact positif du régime méditerranéen sur les maladies cardiovasculaires ainsi que sur la prévention du cancer a des répercussions importantes sur la réduction de la mortalité associée à ces maladies.

Effet protecteur

Cet effet protecteur a été récemment confirmé par les résultats d’une étude de très grande envergure réalisée aux États-Unis auprès de 214 284 hommes et 166 012 femmes âgés en moyenne de 62 ans. Les chercheurs ont observé que les personnes qui se conformaient le plus au régime méditerranéen, c’est-à-dire qui mettaient en pratique au moins 6 des 9 caractéristiques de ce régime, voyaient le risque de mortalité liée aux maladies cardiovasculaires diminuer de 20%, comparativement aux personnes qui n’adoptaient pas ce mode d’alimentation.

Les adeptes du régime méditerranéen ont également un risque plus faible (17 %) d’être touchés par le cancer, ce qui confirme encore une fois à quel point cette alimentation peut avoir des effets bénéfiques sur la santé. Encore une fois, on peut voir à quel point la modération, la diversité et le plaisir associés à l’alimentation sont des ingrédients essentiels pour la prévention des maladies chroniques et une longue espérance de vie.


RD.

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?