lundi, décembre 07, 2009

 

Euthanasie: la consultation annoncée bien accueillie

(Québec) La décision du gouvernement de lancer une consultation sur l'euthanasie et le suicide assisté est bien accueillie par ceux qui sont chaque jour concernés par cette délicate question

L'instance composée de députés de tous les partis rencontrera des experts pour préparer un document qui servira à la consultation sur «le droit à mourir dignement» qui devrait se tenir l'automne prochain.

Article de Valérie Gaudreau, Le Soleil

«On est rendus là. Il faut qu'on en débatte, il y a encore tellement de mythes et de croyances sur le sujet», affirme Danielle Blondeau, professeure en sciences infirmières à l'Université Laval. Avec d'autres spécialistes, elle participera d'ailleurs lundi au Musée de la civilisation à une Rencontre Participe présent sous le thème «Faut-il décriminaliser l'euthanasie?».

Cette question, Mme Blondeau y répond d'emblée par la négative et plaide plutôt pour des soins de fin de vie qui existent déjà : les soins palliatifs. Cette approche, dit-elle, permet avec les moyens actuels de soulager la souffrance. De plus, l'arrêt de traitement ou le choix d'un patient de refuser un traitement sont autant de façons de mourir dans la dignité, sans recours à l'euthanasie, estime la professeure.

D'où, croit Mme Blondeau, l'importance de bien définir les thèmes, comme promet de le faire la commission de la santé et des services sociaux de l'Assemblée nationale. L'instance composée de députés de tous les partis rencontrera des experts pour préparer un document qui servira à la consultation sur «le droit à mourir dignement» qui devrait se tenir l'automne prochain. Au-delà de l'acte médical, rappelle Mme Blondeau, la question de l'euthanasie et du suicide assisté touche d'importants enjeux sociaux, éthiques et humains.

Débat approfondi

Farouche partisan pour la légalisation de l'euthanasie, l'ex-sous-ministre Ghislain Leblond accueille lui aussi favorablement la décision du gouvernement. «Je suis très heureux de ces développements. Ça permettra un débat sérieux et approfondi», indique l'homme de 65 ans atteint d'une maladie dégénérative qui le rendra, dit-il, «prisonnier de son corps». M. Leblond avait réclamé le droit à choisir le moment de sa mort dans un entretien au Soleil, début octobre.

Lundi, il participera lui aussi au débat Participe présent, où il témoignera de sa situation et plaidera en faveur de la décriminalisation de l'aide médicale active en fin de vie.

Le Dr Hubert Marcoux, omnipraticien à l'hôpital Jeffery Hale, le Dr Marcel Boisvert, professeur agrégé à l'Université McGill, et la juriste Edith Deleury, présidente de la Commission de l'éthique de la science et de la technologie, seront présent réalisé par le Musée de la civilisation en collaboration avec la Première Chaîne de Radio-Canada, Le Soleil et l'Université Laval.

Quoi: Rencontre Participe présent

Quand: lundi 7 décembre, 19h30

Où : Musée de la civilisation.

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?