mercredi, février 17, 2010

 

Le Québec ramène l'euthanasie sur la scène nationale

Journaliste : Guillaume Garcia

Dépénalisée, voire légale dans plusieurs pays, l'euthanasie reste un sujet tabou qui soulève des tensions, parce que directement reliée à la mort, à la perte d'un être humain. Deux semaines se sont écoulées depuis la publication du rapport du Collège des médecins du Québec; un flot de réactions s'en est suivi et une projet de loi voulant amender le Code criminel pour favoriser l'euthanasie, déposée en mai 2009 et formulée par la députée bloquiste Francine Lalonde, doit être étudiée à Ottawa. Les débats sur la possibilité de mourir dans la dignité sont ouverts.


Euthanasie active, passive, acharnement thérapeutique, arrêt des traitements, suicide assisté, il faut manier les termes avec des pincettes si l'on ne veut pas passer pour un empoisonneur. Que dit le rapport du Collège des médecins? Oui, l'euthanasie devrait pouvoir faire partie «des soins appropriés en fin de vie».

«Mais lorsqu'on parle d'euthanasie, plusieurs pensent au suicide assisté, qui n'a rien à voir avec la réflexion actuelle. Pas plus que les notions d'acharnement thérapeutique, d'arrêt des traitements et de traitements futiles, qui sont réglées par le Code civil du Québec.

Il dit qu'une personne a le droit de décider pour elle-même de la poursuite des traitements ou non. Ça se fait tous les jours. Et ça, ce n'est pas de l'euthanasie», explique le Dr Yves Robert, secrétaire du Collège des médecins.

Projet de loi privé

Les pays qui pratiquent l'euthanasie n'autorisent pas forcément tous le suicide assisté, sur quoi porte la proposition de loi de Francine Lalonde.

Le projet de loi C-384 prévoit la modification de deux articles du Code criminel (les paragraphes 222 et 241). Grâce à ce Projet de loi, l'euthanasie et le suicide assisté pourraient être offerts aux personnes âgées de 18 ans et plus, éprouvant des douleurs physiques ou mentales aiguës sans perspective de soulagement ou atteintes d'une maladie en phase terminale. (http://www2.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=3895681&Language=e&Mode=1&File=24).

Le projet de loi doit encore être débattu au Parlement mais déjà, le Canada voit plus loin que plusieurs pays qui autorisent uniquement l'euthanasie passive, c'est à dire, un soulagement de la douleur du patient pouvant entraîner la mort.

Eric Macdonalds, de l'organisation canadienne Mourir dans la dignité / Dying in Dignity se réjouit de la prise de position du Collège des médecins du Québec et du projet de loi de la député bloquiste: «C'est un pas dans la bonne direction, ça a le mérite d'ouvrir le débat. Je pense que les gens sont prêts à en discuter et c'est très important de le faire.»

L'annonce de la volonté de poursuivre le débat sur l'euthanasie par le Collège des médecins du Québec ainsi que le projet de loi de Francine Lalonde soulèvent de vives réactions du côté de ceux que l'on appelle les «pro-vie». Delores Doherty, une practicienne de Terre-Neuve et farouche opposante à l'euthanasie affirme que l'introduction au Parlement du projet de loi de Francine Lalonde montre que les activistes [pour l'euthanasie] avancent avec succès sur cette question.

«Le débat a été déplacé sur la scène nationale à partir du Québec. Je ne sais pas pourquoi les médecins québécois sont derrière cette initiative, cela va à l'encontre de toute logique», a poursuivit la présidente de groupe pro-vie LifeCanada.

Les Québécois plus favorables

Le rapport du Collège des médecins du Québec, favorable à la poursuite de la discussion sur l'euthanasie, rejoint l'opinion publique québécoise qui selon les derniers sondages serait favorable à 75% à cette pratique – ce chiffre tournerait autour des 50 % dans les autres provinces – chiffre que plusieurs, dont Eric Macdonalds justifient par la baisse de l'importance de la religion au Québec. «Les objections religieuses à l'euthanasie sont trop grandes au Canada, cela empêche d'avoir une conversation saine», avance-t-il.

Si les médecins québécois se montrent relativement favorables au processus de mise en place de l'euthanasie, ce n'est pas le cas de tous leurs collègues. José Luis Pereira, chef des soins palliatifs à l'hôpital d'Ottawa élève la voix contre le rapport des médecins du Québec.

«Tout est allé trop loin», dit-il en parlant dudit rapport. Le docteur Pereira, qui a travaillé trois ans en Suisse, où l'euthanasie est légale, explique que le Collège des médecins mélange les soins de fin de vie et l'euthanasie, ce qui rend le public confus. «Il y a une grande quantité de désinformation, c'est très irresponsable», affirme-t-il.

Il est vrai que le Collège des médecins du Québec marche sur des œufs avec ce rapport, les termes utilisés sont lourds de conséquences dans la tête des gens et même lors de leur conférence de presse, ni Yves Robert, secrétaire du Collège des médecins ni, Yves Lamontagne, le président n'ont parlé d'euthanasie en la nommant.

Voilà un des principaux épines à s'enlever du pied rapidement si les Canadiens veulent un débat fructueux, se mettre d'accord sur les termes et ce que l'on veut vraiment. Les insinuations, non-dits empoisonnent les discussions, le sujet est grave, appelons un chat un chat.

Définition:

Par suicide assisté, terme issu de l'anglais assisted suicide, on entend une aide délivrée par un médecin ou un collège de médecins pour permettre à un patient en phase terminale de mourir s'il en exprime la volonté. Il ne peut être pratiqué uniquement en milieu hospitalier. Il est légal aux États-Unis dans les états de l'Oregon et du Washington.

Euthanasie passive: le médecin injecte un produit pour soulager le patient sur demande de celui-ci, la dose nécessaire pour soulager la douleur pouvant entraîner la mort (double effet). C'est la forme la plus courante et acceptée d'euthanasie.

Euthanasie active: un médecin, sur demande du patient, lui injecte une dose mortelle de produit.


Pour connaître les différentes législations selon les pays, le sénat français dispose d'une synthèse (www.senat.fr/lc/lc49/lc49.html). Le site participatif Wikipédia propose également beaucoup de contenu, en anglais et en français, mais rien n'est vérifié par des médecins ni des juges.

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?