vendredi, juin 11, 2010

 

Les baby-boomers du Québec se voient jeunes et en santé

Radio Canada, 7 mai 2010

Les baby-boomers québécois se voient jeunes et en santé et se sentent dix ans plus jeunes. C'est ce qui ressort d'un sondage CROP-AQESS (Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux) présenté dans le cadre du 5e congrès de l'Association qui s'est déroulée à Québec.

Les résultats du sondage indiquent que les 50-64 ans exigeront une organisation différente des services. « Les baby boomers se voient jeunes et en santé. Ils fixent l'âge de la vieillesse à 80 ans et disent qu'ils atteindront cet âge en très bonne santé, a indiqué Alain Giguère, président de la firme CROP. C'est tout un changement lorsque l'on pense que la société considère aujourd'hui que vous êtes âgés à 65 ans! ».

L'étude intitulée « L'attitude des baby-boomers face à leur propre vieillissement », révèle aussi que les baby-boomers se préparent pour leur vieillesse en payant leur dette, en souscrivant à leur REER (toutefois seulement un baby-boomer sur trois investit dans un REER), en planifiant leur retraite, en changeant leurs habitudes de vie et en faisant des suivis médicaux.

À l'heure actuelle, les boomers représentent 1,6 million d'individus, soit 21 % de la population du Québec. Ils ne sont pas homogènes. Cinq types de comportement se dégagent face à leur propre vieillissement :

La Choyée (se prépare, a les moyens, est bien entourée), 24 %;

L'Indépendant (compte sur lui-même et a les moyens), 19 %;

Le « Dépendant » potentiel (se prépare, mais compte sur l'État), 21 %;

L'autruche (ne s'en préoccupe pas, ne fait rien pour préparer sa retraite), 19 %;

L'Exclu (plutôt pessimiste, il se voit vieillir isolé, pauvre et en mauvaise santé), 16 %.

Des gens qui se préparent

Les 50-64 ans se préparent donc à la retraite. 90 % disent poser des gestes concrets pour vieillir en santé, les habitudes de vie sont changées, 81 % ont un suivi médical régulier. Les boomers entendent être des citoyens très actifs. À 75 ans, 82 % vont aider des proches, 77 % auront des activités de loisirs pendant que 49 % pratiqueront des sports, 37 % feront du bénévolat tandis que 10 % seront aux études et 6 % ont toujours l'intention de travailler.

Un rôle important pour l'État

Même si 65 % des personnes interrogées comptent d'abord sur elles-mêmes et leurs proches pour assurer leur bien-être à 75 ans, près de 50 % comptent sur les CLSC pour fournir des services d'aide à la vie quotidienne (repas, ménage, soins d'hygiène, etc.). Seulement 30 % d'entre eux prévoient avoir les moyens financiers de payer pour ces services. « Cette nouvelle clientèle forcera le réseau à revoir son offre de service », a déclaré Lise Denis, directrice générale de l'AQESSS.

Elle ajoute que « Le réseau a pour habitude de prendre en charge les personnes de 65 ans et plus en perte d'autonomie. Ce que nous dit cette enquête c'est que notre future clientèle sera beaucoup plus autonome, que le principal défi sera de les aider à vieillir en santé. Cela impliquera plusieurs acteurs comme les municipalités pour les loisirs ou encore pour l'aménagement des logements, le ministère du Revenu pour la reconnaissance des aidants naturels, le milieu du travail, car ils souhaitent demeurer très actifs ».

L'Association compte utiliser les résultats de ce sondage pour alimenter sa réflexion sur l'adaptation des services aux futures personnes âgées et sur la capacité du réseau à faire face aux importants changements démographiques auxquels le Québec est confronté.

L'AQESSS représente 134 établissements publics, soit l'ensemble des centres hospitaliers, centres hospitaliers universitaires (CHU), centres hospitaliers affiliés (CHA), centres affiliés universitaires (CAU), instituts, centres de santé et de services sociaux (CSSS) et centres d'hébergement.

Source : Global Action on Aging

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?