dimanche, septembre 12, 2010

 

Québec préoccupé par le suicide chez les baby-boomers

La ministre des Aînés, Marguerite Blais, a avancé qu'un tel plan d'action gouvernemental pourrait suivre celui sur la maltraitance des aînés mis en place en juin.

Article de l'Agence QMI, Journal de Québec, 12 septembre 2010

Partageant les préoccupations des trois quarts des Québécois qui croient que le suicide chez les baby-boomers devrait être traité en priorité par le gouvernement, ce dernier songe à s'attaquer au problème en mettant en place un plan d'action gouvernemental, selon ce qu'a appris 24h.

En entrevue lors de la Journée mondiale de prévention du suicide, vendredi, la ministre des Aînés, Marguerite Blais, a avancé qu'un tel plan d'action gouvernemental pourrait suivre celui sur la maltraitance des aînés mis en place en juin.

« Sans promettre exactement quand elle sera implantée, c'est une mesure que nous pourrions envisager », indique-t-elle.

L'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP) a d'ailleurs dévoilé vendredi que 75 % des Québécois croient que la prévention du suicide chez les baby-boomers doit être priorisée, alors que le suicide chez cette clientèle a augmenté de 16 % en 10 ans.

Si en 1999, les personnes âgées de 50 ans et plus représentaient 27 % des décès par suicide au Québec, elles en représentent actuellement 41 %, et cette proportion continuera d'augmenter dans les prochaines années, prévient le président de l'AQRP, Luc Vallerand.

« Il faut agir maintenant, soutient-il. On a un besoin criant de campagnes de sensibilisation pour eux. Cette clientèle est plus dure à atteindre que celle des jeunes. Il faut donc aussi sensibiliser l'entourage de ces gens-là. »

M. Vallerand se dit heureux que le suicide ait reculé chez les autres groupes d'âge, mais croit que le Québec a sous-estimé la réalité du suicide chez les baby-boomers durant les années précédentes.

S'attarder à tous les groupes

Directeur général de l'Association québécoise de prévention du suicide, Bruno Marchand considère pour sa part qu'il est essentiel d'accorder de l'intérêt à tous les groupes d'âge.

« Si on priorise un groupe, on se fait taxer d'en négliger un autre. Ce qui influence la donne avant tout, c'est que la cohorte des baby-boomers a toujours eu un taux très élevé. C'est un groupe de population très nombreux », souligne-t-il.

Ce dernier évoque également l'importance que chaque Québécois se préoccupe de la question et se mobilise pour dénoter les signes de détresse.

Chaque jour, trois Québécois perdent la vie par suicide au Québec.

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Difficile à comprendre pour les personnes heureuses et en harmonie avec les autres et la société, le suicide est un débouché pour les personnes qui ne voient pas le bout du tunnel. Le déclencheur, c'est une situation que l'on pense sans issue.

Une personne atteinte de dépression, vivant une maladie incurable ou en détresse face à la solitude,…. va chercher à s'en sortir par la grande porte, celle du suicide. Dans le cas des personnes âgées, cette solution est malheureusement trop prisée. Il faudrait utiliser des médicaments ciblés, avoir des personnes à portée de la main pour répondre à une urgence-suicide, faire campagne pour la promotion d'activités liées à la qualité de vie, et surtout, agir à temps.

Qu'est-ce qui amènent les gens à se suicider ? Une situation de détresse incomprise, la souffrance psychologique ou la douleur extrême, un désir de vengeance, une peine d'amour, la solitude face aux autres, la séparation de ses enfants après un divorce, des problèmes financiers liés à la drogue, au jeu et à l'alcool, voilà quelques exemples de prétextes suffisants pour s'enlever la vie.

Si l'on fait un plan d'action contre le suicide, il devrait s'adresser à tous les âges, parce que c'est tout l'entourage (proches, conjoints et conjointes, voisins, compagnons de travail, etc.) de la personne qui se suicide qui devront vivre avec ça. Les dommages collatéraux peuvent être multiples et difficiles à oublier, surtout si la personne qui se suicide nous culpabilise directement ou indirectement.

Il arrive souvent, comme je l'ai déjà vécu, que la personne qui a l'intention de se suicider n'en parle pas du tout ou presque et qu'un bon jour, bang! Il passe à l'acte. Dans l'exemple cité ici, la personne en question avait tout pour être heureuse : belle famille, 1 garçon, bonne situation professionnelle, bon salaire, etc. Et il s'est suicidé, sans en avoir parlé à personne, le jour de Noël. Incompréhensible, dites-vous? C'est certain! Alors, que faire et comment détecter ce mal de vivre et le sujet en proie à des délires de suicide? C'est une excellente idée de creuser la question et d'avoir un plan d'action pour contrer le suicide.

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?