lundi, novembre 08, 2010

 

Le suicide chez les ainés, un phénomène banalisé

Ces dernières années, au Québec, c'est dans le groupe d'âge des 50 ans et plus que la baisse des taux de suicide a été la moins marquée.

Article de Johanne Roy, Le journal de Québec, 29 octobre 2010

Maladie, perte d'un conjoint, perte de sa demeure... L'an dernier, près de 140 personnes de 65 ans et plus ont mis fin à leurs jours au Québec.

Dans la tranche des 50 ans et plus, quelque 450 Québécois sont passés à l'acte, autour de 41 % de l'ensemble des suicides au Québec.

« On ne prête pas assez attention aux remarques sur la mort faites par les personnes âgées. C'est clair que ce phénomène est banalisé », observe le directeur général de l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic, Luc Vallerand.

Une femme de 91 ans s'est ainsi enlevé la vie par noyade, à Saint-Pie, en 2009. Quatre mois plus tôt, cette aînée avait quitté son logement pour un centre d'hébergement, ce qu'elle acceptait difficilement.

Selon un membre de sa famille, la dame parlait souvent de suicide, mais on ne pensait pas qu'elle passerait à l'acte.

Soutien psychologique

La dame âgée a été retrouvée inanimée dans un ruisseau, près de la maison de son fils chez qui elle était en visite ce jour-là.

Le coroner a recommandé que le CLSC offre un soutien psychologique aux personnes âgées en perte d'autonomie qui doivent être déménagées.

En décembre 2009, un homme de 82 ans a été trouvé pendu dans le garage de sa résidence. En plus de vivre le deuil de sa conjointe, il souffrait de douleurs chroniques.

Deux mois auparavant, un homme de 72 ans avait connu le même sort. Il aurait exprimé à ses proches qu'il pensait au suicide, mais il semble que personne n'ait cru bon aller chercher de l'aide.

Saut d'un balcon

En juillet 2008, un homme de 84 ans a succombé à un polytraumatisme après s'être jeté en bas du balcon de sa résidence pour personnes âgées.

Il présentait des problèmes médicaux handicapants qui réduisaient grandement sa qualité de vie. Le coroner a, entre autres, recommandé que le ministère de la Santé mène une campagne de sensibilisation au phénomène du suicide chez les personnes âgées.

« Au Québec, depuis 20 ans, plusieurs campagnes de prévention ont ciblé les jeunes, mais rien n'a encore été fait pour le groupe des 50 ans et plus », soulève M. Vallerand.

Selon ce dernier, c'est dans ce groupe d'âge que la baisse des taux de suicide a été la moins marquée, ces dernières années. Pertes d'emploi, mises à la retraite forcées... La détresse est souvent grande chez les 50 ans et plus.

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Ce genre de comportement chez les aînés va sans aucun doute avoir tendance à devenir plus fréquent avec le vieillissement en accéléré au Québec et l'arrivée des baby-boomers à la retraite. Ce problème devrait faire partie des discussions en cours au niveau de la Consultation publique sur le droit de mourir dans la dignité. À être étudié comme une priorité.

RD

Libellés : ,




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?