samedi, décembre 25, 2010

 

Les aînés ne célébreront pas Noël seuls grâce aux Petits frères des pauvres

(À gauche, Mme Caroline Sauriol)
Les Petits frères des pauvres du Québec s'assureront encore cette année que les personnes âgées ne célèbrent pas Noël seules.

Ainsi, près de 850 aînés québécois de 75 ans et plus recevront la visite d'un bénévole de l'organisme le veille de Noël ou participeront à la fête du 25 décembre.

Selon la directrice générale des Petits frères du Québec, Caroline Sauriol, pour nombre de «Vieux amis», il est important de respecter la tradition de Noël. Et c'est pourquoi l'organisme s'emploie à satisfaire les souhaits de ces personnes âgées en leur offrant non seulement de la compagnie le 24 décembre au soir mais également, un cadeau et un véritable festin de Noël accompagné de vin et de fleurs.

Lorsqu'ils accueillent leur «lutin» de Noël, les personnes âgées ressentent une grande joie, selon Mme Sauriol. Ils sont aussi très reconnaissants de savoir qu'il y a des gens qui pensent à eux.

Les «Vieux amis» pourront également se joindre à la grande fête du 25 décembre. À Montréal, celle-ci est organisée au Sheraton et débutera en matinée. L'hôtel du centre-ville offre gratuitement ses locaux pour l'occasion. Ailleurs dans la province, l'événement se déroule dans divers hôtels.

Les participants seront transportés par des bénévoles avec qui ils partageront un repas une fois sur place. Les aînés pourront également effectuer quelques pas de danse sur les notes jouées par des musiciens embauchés pour l'événement. Une crèche vivante agrémentera également la fête et une messe sera célébrée.

Selon la directrice générale des Petits frères du Québec, la solitude ne touche pas que les personnes âgées à faibles revenus. C'est pourquoi l'organisme s'emploie à accompagner toute personne qui manifeste son désir de profiter d'un peu de chaleur humaine lors des Fêtes et tout au long de l'année.

Les Petits frères du Québec comptent essentiellement sur les dons du public pour financer ses activités. L'objectif n'a pas encore été atteint pour l'année 2010, souligne Caroline Sauriol qui demande à la population de donner généreusement.

L'organisme né en 1962 reproduit l'événement à Pâques, une fête toute aussi importante chez les personnes les plus âgées de la société. Plus de 80 pour cent des aînés à qui il vient en aide sont des femmes qui vivent en majorité sous le seuil de la pauvreté.

« Une société qui ne respecte pas ses aînés est une société qui n'a pas d'identité.»

C'est ce que déclare la ministre québécoise responsable des aînés, Marguerite Blais, en entrevue à La Presse Canadienne. La ministre, qui assiste samedi midi, à Montréal, au repas de Noël des Petits frères des pauvres, estime que les Québécois ont le devoir de permettre aux personnes âgées de vivre dans la dignité, en leur accordant le respect qu'elles méritent.

Dans cette optique, Mme Blais qualifie les Petits frères des pauvres « d'oeuvre humanitaire exceptionnelle et essentielle ». L'organisme accueillera dimanche midi plus de 800 aînés pour des réceptions de Noël, dans plusieurs villes du Québec. Des centaines de bénévoles accompagneront ces personnes âgées, souvent seules ou oubliées par leurs proches.

À Montréal, la fête aura lieu au Centre Sheraton, en présence de la marraine de l'organisme, la comédienne Béatrice Picard.

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Je me pose la question suivante : une ou deux grande(s) célébration(s) par année pour les personnes âgées, souvent seules ou oubliées par leurs proches, est-ce suffisant au plan communautaire? Parce que le « quotidien », c'est chaque jour de l'année qui passe. Il y aurait lieu de s'interroger si sur le plan communautaire on en fait assez pour ces personnes démunies ou encore réorienter certains budgets pour que des fêtes ou célébrations aient lieu plus souvent en vue de maintenir cette joie de vivre tout au long de l'année. La vie, ce n'est pas juste Noël, c'est aussi tous les jours de la semaine.

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?