jeudi, janvier 27, 2011

 

41 % des personnes qui s’enlèvent la vie au Québec sont âgées de 50 ans et plus.

32 % moins de suicides depuis dix ans au Québec, mais 41 % des personnes qui s'enlèvent la vie sont âgées de 50 ans et plus.

Bruno Marchand, directeur général de l'Association québécoise de la prévention du suicide, accompagné de Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés

Le nombre de suicides est en nette diminution au Québec. Malgré qu'il y ait en moyenne trois personnes qui s'enlèvent la vie chaque jour dans la province, le taux de suicide a chuté de 32 % au cours des dix dernières années.

En marge de la 21e semaine de la prévention du suicide, Bruno Marchand, directeur général de l'Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS) indique que « si on compare la situation à 1999, le suicide était un plus grand tabou dans la société. Les gens se sentaient moins responsabilisés et croyaient moins qu'il s'agissait d'une affaire de tous ».

M. Marchand explique notamment cette diminution par la prévention qui a été faite dans les écoles ces dernières années.

« C'est sûr que la prévention a eu un effet, puisque nous en avons fait beaucoup auprès des jeunes et c'est à ce chapitre qu'on a constaté la baisse la plus marquée », a-t-il dit.

Selon les données les plus récentes de l'Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), il y a eu 1068 suicides en 2009 au Québec, soit un taux de 13,5 décès par tranche de 100 000 habitants, une moyenne légèrement supérieure à trois suicides par jour.

En 2008, on avait enregistré 1103 suicides, soit 3 % de plus qu'en 2009.

Toujours selon l'INSPQ, le problème reste plus présent chez les hommes, tandis que ces derniers représentent 77 % des décès de ce genre enregistrés l'an dernier.

Malgré la diminution marquée du taux de suicide, une statistique demeure inquiétante aux yeux du gouvernement provincial: 41 % des personnes qui s'enlèvent la vie sont âgées de 50 ans et plus.

« C'est inacceptable. Si ça a diminué partout, mais que 41 % des suicides sont chez cette tranche d'âge, il faut absolument s'attaquer à ce phénomène », a déclaré la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais.

Isolation, perte d'emplois et problèmes financiers, pour n'en nommer que quelques-uns, Mme Blais et M. Marchand s'entendent pour dire qu'il existe une multitude de facteurs pour expliquer ce phénomène.

« Le seul groupe d'âge dont le taux a augmenté est celui des 50 à 64 ans. Il faut tout faire pour que les personnes plus âgées aient encore le goût de vivre et qu'[elles] puissent rêver », a soutenu Mme Blais.

C'est d'ailleurs une des raisons qui a incité le gouvernement à investir 745 000 $, étalés sur une période de trois ans, à l'AQPS dans le cadre d'un projet visant à faire de la prévention afin de contrer le suicide chez les aînés.

Les activités seront organisées en fonction de chaque région.

Source : Article de Laurent Dionne, Journal de Québec, 25 janvier 2011.

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?