dimanche, février 13, 2011

 

Pourquoi pas une charte des droits des aînés au Québec?


Un des principes fondamentaux de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme: la dignité de la personne humaine.

Des droits de l’homme aux droits des aînés ?
Des projets de chartes ou de conventions spécifiques...

« Depuis quelques mois, en France comme sur la scène internationale, s’élaborent des projets de "charte des aînés" (France) ou de "convention des Nations Unies sur les droits des personnes âgées".

On trouvera ici ce dernier projet, soutenu par une dizaine d’organisations internationales, qui, au prétexte notamment que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ne précise pas explicitement que ledit Homme ne s’arrête pas de l’être en vieillissant, souhaite une convention spécifique pour les "personnes âgées" : (SVP, LIRE LE DOCUMENT CI-DESSOUS EN PDF)

La question des droits "spécifiques" mérite d’être posée.


Elle conduisit à l’élaboration, onze ans après la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, de la Déclaration des droits des enfants, qui précisait en préambule en quoi elle était nécessaire : 

"Considérant que l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée..."

Elle conduisit également à l’élaboration de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (2006), qui reposait surtout sur la reconnaissance des discriminations particulièrement fortes dont ces personnes, à cause de leur fragilité, peuvent être victimes, et insistait surtout sur l’engagement des signataires à "prendre les mesures voulues pour permettre à ces personnes de jouir pleinement et dans des conditions d’égalité de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales".

Doit-elle forcément conduire à une Convention spécifique aux droits des personnes âgées ?
Une telle Convention impliquerait la reconnaissance que toutes les "personnes âgées", comme tous les enfants, ont besoin d’une "protection spéciale". Fortement discutable !
Et si elle ne sépare pas ainsi les vieux des moins vieux, à part rappeler que les personnes âgées ont exactement les mêmes droits et libertés fondamentales que les moins âgées, que dira-t-elle de plus ?

Vu que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, précisément parce qu’elle ne fait aucune discrimination par l’âge, ne précise pas que l’Homme en question, que "la personne" dont parlent ses articles, cesserait de l’être à tel ou tel âge ; vu également que la Convention relative aux droits des personnes handicapées ne mentionne nulle part et à juste titre que ces personnes handicapées seraient uniquement celles "de moins de X ans", il nous semble que créer une convention spéciale sur les "droits des aînés", en séparant ainsi certains adultes des autres du seul fait qu’ils aient passé un âge x ou y, risque de provoquer bien plus de discriminations que le sobre mais ferme rappel que la même Déclaration Universelle des Droits de l’Homme s’applique à tous les adultes.

 Source :  L'Observatoire de l'Âgisme, mars 2010, http://www.agisme.fr/spip.php?article59

 COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

À prime abord, il semble évident que la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme devrait mettre l'accent sur le fait qu'il n'y a pas de discrimination selon l'âge. Mais, en pratique, on sait très bien que les aînés ou les seniors peuvent subir toutes sortes d'inconforts, de discriminations et de maltraitance reliés à l'âge et à leur situation sociale. Peut-être devrait-on parler d'une politique axée spécifiquement sur les seniors et leurs droits dans la vie courante, en s'inspirant des Principes de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme? Dans notre société québécoise, il y a place pour la liberté, la fraternité et l'égalité à tous les âges de la vie. Mais, il y a des besoins spécifiques aux divers âges de de la vie des citoyens québécois comme : l'Éducation, le Marché du travail et le Temps de la retraite,... Le gouvernement québécois gère la Province en mettant en place des Lois qui s'appuient sur une vision de la réalité, que l'on résume dans des politiques d'intervention qui se traduisent par des programmes spécifiques. Mais où en sommes-nous rendus exactement ?

RD 

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?