jeudi, mars 03, 2011

 

Québec investit des millions pour les soins des aînés



Les investissements de Québec serviront à développer le soutien à domicile, des services de récupération fonctionnelle, des ressources intermédiaires et des soins aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Québec investira des millions de dollars au cours des prochaines années pour améliorer les soins aux aînés, selon l'annonce par le premier ministre Jean Charest.


Pour l'année 2011-2012, le gouvernement versera 150 millions $. La somme grimpera à 200 millions $ par année, à compter de 2012-2013.

Les investissements serviront à développer le soutien à domicile, des services de récupération fonctionnelle, des ressources intermédiaires et des soins aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Les sommes apporteront davantage de soutien aux régions les plus touchées par le vieillissement, soit Laval, Lanaudière, Laurentides et la Montérégie.

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, affirme qu'en bout de ligne, cela contribuera même à désengorger les urgences des hôpitaux en y libérant des lits actuellement occupés par des personnes âgées.

Soins aux aînés: Québec sort son chéquier

 (Québec) Le gouvernement Charest injectera au moins 50 millions supplémentaires par année dans les soins destinés aux personnes âgées au cours des trois prochaines années, surtout dans le but de les maintenir à domicile le plus longtemps possible. Ces sommes pourraient être substantiellement bonifiées en cours de route, a appris La Presse.

Il réalisera ainsi l'un des engagements de son discours d'ouverture de la session parlementaire, la semaine dernière. Il avait alors promis un «plan de services intégrés aux personnes âgées». «Ce plan comporte plusieurs volets: davantage de soutien à domicile, davantage de places en convalescence, davantage de places en ressources intermédiaires et en soins de longue durée», avait-il dit.

Le gouvernement n'annoncera vraisemblablement pas d'investissements en immobilisation, donc pas question d'ouvrir de nouveaux CHSLD. Il misera surtout sur le soutien à domicile en augmentant les services donnés par des infirmières, des physiothérapeutes et des ergothérapeutes, par exemple.
Québec créera des places en ressources intermédiaires (RI), en plein essor depuis quelques années. Les RI sont des résidences privées qui accueillent des aînés qui ont besoin de moins de trois heures de soins par jour (les CHSLD sont réservés aux personnes les moins autonomes). Supervisées de façon constante (mais pas par une infirmière), les RI sont liées par contrat avec un centre de santé et de services sociaux (CSSS) qui fournit les services professionnels.

Les centres de réadaptation recevront du financement afin d'accueillir plus de personnes âgées en convalescence. Le but: libérer des lits dans les hôpitaux et, par conséquent, décongestionner les urgences.

En 2008-2009, 418 millions  ont été consacrés aux services à domicile et 1,7 milliard à l'hébergement en CHSLD. 176 000 aînés reçoivent des soins à domicile chaque année.

Il faudra toutefois patienter avant que le gouvernement ne dévoile un autre plan, aussi attendu, destiné à améliorer la qualité des services aux aînés dans les résidences privées. Un projet de loi et un règlement seront déposés bientôt.

Comme La Presse l'a déjà indiqué au cours des derniers mois, Québec entend créer un processus d'inspection propre aux résidences privées, qui ne sont pas soumises aux «visites d'appréciation de la qualité» comme les CHSLD. Québec a abandonné l'idée d'étendre ces visites aux résidences privées au motif que ce serait trop lourd et coûteux. C'est pourquoi il est en train de mettre au point un processus d'inspection distinct.

La vérification des antécédents judiciaires dont font déjà l'objet les membres des conseils d'administration et les propriétaires de résidences s'appliquera aussi aux employés.

Les critères en matière de formation du personnel seront revus. Actuellement, les résidences privées sont obligées d'avoir en poste, 24 heures sur 24, une seule personne qui détient une formation en réanimation cardiorespiratoire, en secourisme et en déplacement sécuritaire des aînés. Un ratio d'employés formés devrait être fixé en fonction du nombre de pensionnaires. Depuis mai 2008, Québec a entre les mains un rapport qui lui recommande d'obliger tous les employés et propriétaires à avoir une formation.

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Enfin, le gouvernement du Québec annonce une politique de maintien à domicile, bien intégrée avec les services d'hébergement et les soins de santé, en réponse aux besoins pressants exprimés par les aînés qui veulent rester le plus longtemps possible chez eux, dans leur logement, dans leur milieu de vie, ...

C'est un bon pas en avant de la part du gouvernement Charest et de la ministre responsable des aînés, Mme Marguerite Blais. Bravo!

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?