samedi, août 13, 2011

 

Saint-Eustache, Québec : une nonagénaire vit parmi des excréments

Une nonagénaire de Saint-Eustache, Province de Québec, habite dans des conditions d'insalubrité extrême. La dame, qui réside seule dans sa maison, vit dans ses excréments et ceux de ses nombreux chats.

La forte odeur d'excréments qui émane de la maison de cette dame, qui aura 100 ans en juillet prochain, est repérable de la rue et difficile à endurer. La voisine qui habite la maison mitoyenne n'en peut plus. « On ne peut même pas sortir sur notre propre balcon pour profiter de l'extérieur tellement l'odeur est forte et prenante », a expliqué Murielle Saint-Pierre. « Il y a des excréments partout dans la maison et la dame souffre d'incontinence, a-t-elle ajouté. On peut voir le gros cerne brun sur son pantalon. Elle ne doit pas s'être lavée depuis plusieurs mois. »

L'ex-enseignante qui aurait fait plus de 20 ans de bénévolat à Saint-Eustache vit désormais dans des conditions pénibles. On y dénombrait plus d'une dizaine de chats en plus d'une nouvelle portée de chatons.

« Elle n'a qu'un neveu dans la vie et on ne croit pas qu'il s'en occupe beaucoup, a indiqué Mme St-Pierre. On s'inquiète beaucoup pour cette pauvre femme, mais il faut aussi penser à nous. On a peur aussi que quelque chose traverse chez nous. Nous n'avons qu'un mur mitoyen pour nous séparer d'elle. »

 Source : Stéphane Sinclair, Agence QMI, Journal de Québec, 13 août 2011

« C'est épouvantable, la Ville et le centre de santé et des services sociaux du Lac des Deux Montagnes (CSSS) commencent à s'en occuper. On aurait du s'en occuper avant, mais vaut mieux tard que jamais», a expliqué Denis Paré, conseiller municipal de Saint-Eustache.

La forte odeur d'excréments qui émane de la maison de cette dame qui aura 100 ans en juillet prochain est repérable de la rue et difficile à endurer. La voisine qui habite la maison mitoyenne n'en peut plus.

« On ne peut même pas sortir sur notre propre balcon pour profiter de l'extérieur tellement l'odeur est forte et prenante», a expliqué Murielle St-Pierre.
«Il y a des excréments partout dans la maison et la dame souffre d'incontinence, a-t-elle ajouté. On peut voir le gros cerne brun sur son pantalon.

« Elle ne doit pas s'être lavée depuis plusieurs mois. Mon voisin qui est allé l'aider m'a dit que le ton foncé de sa peau n'avait rien à voir avec le soleil, mais bien avec l'hygiène. »

L'ex-enseignante qui aurait fait plus de 20 ans de bénévolat à Saint-Eustache vit désormais dans des conditions pénibles. On y dénombrait plus d'une dizaine de chats en plus d'une nouvelle portée de chatons.

« Elle n'a qu'un neveu dans la vie et on ne croit pas qu'il s'en occupe beaucoup, a indiqué Mme St-Pierre. On s'inquiète beaucoup pour cette pauvre femme, mais il faut aussi penser à nous. On peut difficilement sortir dehors lorsque ses fenêtres sont ouvertes et on doit même fermer nos fenêtres. On a peur aussi que quelque chose traverse chez nous. Nous n'avons qu'un mur mitoyen pour nous séparer d'elle. »

Ça bouge ?

À la suite des demandes du conseiller Denis Paré qui a pris le dossier en charge, la Ville aurait commencé à bouger ainsi que le CSSS. Jeudi, le conseiller est allé sur place en compagnie d'un membre du service incendie pour lui installer des détecteurs de fumée.

De plus, le CSSS serait prêt à défrayer 50 % du coup du ménage à faire chez la centenaire. Mais selon M. Paré, il va falloir plus que ça.

« La Ville doit se doter d'une politique d'intervention pour aider les gens qui font face à l'insalubrité morbide, a-t-il dit. Je l'ai demandé lors du dernier conseil municipal. Le CSSS doit aussi être beaucoup plus vigilant.

« Oui, les lois nous empêchent parfois d'intervenir, mais il faut qu'on se dote des outils pour leur venir en aide. Nous n'avons pas le droit de laisser cette dame dans ces conditions. Elle a beaucoup contribué à la société, maintenant c'est à notre tour de l'aider », a conclu Denis Paré.

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Si je lis bien l'article PUBLIÉ, la dame en question a consacré près de 20 ans de sa vie au service de sa communauté et personne n'est intervenue pour l'aider à se sortir du pétrin. Finalement, on se demande à la fin de l'article, quelles actions la municipalité ou le CSSS devraient prendre pour aider cette pauvre citoyenne de Saint-Eustache âgée de 100 ans, à quelques mois près.

Si l'article de l'Agence QMI est conforme à la réalité (et, il doit l'être), les citoyens de Saint-Eustache devraient avoir honte de laisser perdurer une telle situation. En commençant par le maire et tous ses échevins, jusqu'au plus simple citoyen. La Mme St-Pierre qui se dit incommodée par les odeurs est pire que les autres parce qu'elle vit à côté de cette vieille dame depuis de nombreuses années. Elle a peur d'attraper le choléra ou d'autres maux qui pourraient l'atteindre. Pauvre madame!...

Je dis et je le répète sur tous les toits : HONTE AUX CITOYENS DE SAINT-EUSTACHE!

RD

Libellés : ,




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?