vendredi, août 05, 2011

 

Une résidante morte depuis deux semaines dans un centre pour aînés?

 Article de Héloïse Archambault, journal de Montréal, 6 août 2011

Une résidente d’un centre pour personnes âgées de Montréal aurait été retrouvée morte dans son appartement, deux semaines après son décès.

La semaine dernière, Thérèse Giguère, qui demeurait à la résidence Château BeauRivage, a été retrouvée morte. Selon les voisins de la dame, les employés auraient mis deux semaines avant de faire la macabre découverte.

« Ça sentait tellement fort dans le corridor qu’il a fallu mettre une serviette devant la porte pour empêcher l’odeur d’entrer », déplore Dany Savard, dont la belle-mère demeure sur le même étage.
Selon ce dernier, les résidents du quatrième étage ont cru pendant plusieurs jours que l’odeur en était une d’urine de chat. C’est finalement une voisine qui a averti la direction que quelque chose clochait.

« Il y avait plein de paquets devant sa porte depuis une semaine, explique la femme qui a préféré garder l’anonymat. Je ne la voyais pas souvent, mais ce n’était pas son style de ne pas ramasser ses choses. »

Pas la première fois

La directrice de la résidence, Mme Julie Dagenais, refuse de commenter le dossier. « Je peux vous dire que ça faisait plus qu’une journée qu’elle était morte, confirme-t-elle. Et, ce n’est pas la première fois que ça arrive. »

Selon une voisine, Mme Giguère avait plusieurs amis avec qui elle soupait à la cafétéria tous les soirs. Elle ne comprend pas que personne n’ait remarqué son absence. « Peut-être qu’ils pensaient qu’elle était à l’hôpital, lance-t-elle. Ça fait peur de voir que même si on est entouré, ça peut arriver.»

Pas de surveillance

Le Château BeauRivage accueille quelque 450 résidants. Tous ont une sonnette d’urgence dans leur appartement, mais aucun système de surveillance quotidienne n’est mis en place.

Voisine d’étage de Mme Thérèse Giguère, Rhéa Lavigne est inquiète de subir le même sort. « Je n’ai pas d’enfant, et personne ne m’appelle, confie la femme de 85 ans. C’est très inquiétant et très stressant. Surtout que je suis malade. »

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

 Il existe des programmes gouvernementaux pour s'assurer que tout va bien quotidiennement (VOIR ARTICLE PRÉCÉDENT : LE PROGRAMME « PAIR »). Ou bien ces programmes ne sont pas si disponibles que ça, ou bien, ils ne sont pas bien connus par la clientèle cible?

L'arrimage entre les centres privés pour aînés et les programmes gouvernementaux axés sur les besoins des aînés ne semble pas bien fonctionner, si l'on se réfère à des cas comme celui-ci. On peut aussi se demander combien de centres privés pour aînés possèdent leur certificat comme résidences répondant à toutes les normes gouvernementales?

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?