mardi, septembre 06, 2011

 

La certification des résidences privées pour personnes âgées?


Le gouvernement Charest se défend de tergiverser ou d'essayer de gagner du temps dans le dossier de la certification des résidences privées pour personnes âgées. 

La ministre déléguée aux Services sociaux, Dominique Vien, a vanté son projet de loi visant à réglementer les résidences pour aînés, avant son étude en commission parlementaire aujourd'hui.

Dans une entrevue à La Presse canadienne, elle fait valoir que le Québec deviendra ainsi un «pionnier» au Canada, tandis que des organismes déplorent plutôt la lenteur du gouvernement et les attestations «données au rabais», ce qui met en péril selon eux la sécurité des résidants.


Attendu depuis 2009, le projet de loi 16 a été déposé en mai, et les consultations en commission parlementaire s'amorcent aujourd'hui; en outre, un projet de règlement d'application de la loi circule déjà.

Mme Vien assure que le gouvernement a «travaillé à une refonte» de l'encadrement des résidences dès son entrée en fonction en 2003. Un premier processus de certification a d'ailleurs été mis en place en 2008. «[Je pense que nous atteignons] un équilibre entre ce qu'on peut exiger et ce que peut nous donner le réseau des résidences privées pour personnes âgées», a-t-elle soutenu.

Le projet de loi prévoit d'accorder aux résidences des attestations temporaires d'un an en vertu de certaines exigences, avant l'attribution d'une certification véritable, d'une durée de trois ans.

Selon la ministre Vien, il ne s'agit «absolument pas» d'essayer de gagner du temps et de céder aux pressions du lobby des résidences pour aînés, pour finalement n'accorder des certifications que dans plusieurs années.

«Pas du tout, ce ne sont pas des mesures dilatoires. Moi, ce qui m'importe, c'est que nos aînés soient heureux, qu'ils se sentent bien, en sécurité.»

Actuellement, 86 % des résidences privées pour personnes âgées sont certifiées en vertu des anciennes règles, qui seront resserrées avec l'entrée en vigueur du projet de loi 16. La nouvelle attestation temporaire ne sera délivrée qu'après examen du plan d'affaires, des effectifs, des plans du bâtiment, des antécédents judiciaires de l'entrepreneur, etc.

Personne ne pourra plus ouvrir de résidence sans obtenir cette attestation.

«Ce n'est certainement pas une attestation au rabais», a soutenu la ministre déléguée.

On compte 2200 résidences privées pour personnes âgées au Québec, qui hébergent 110 000 personnes.

Source : La Presse canadienne, 6 septembre 2011

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?