mercredi, octobre 05, 2011

 

Liberté 65 pour les jeunes travailleurs


L'heure de la retraite n'est pas près de sonner pour les jeunes travailleurs. Et ils semblent se résoudre à cette réalité, s'il faut en croire un sondage récent.

Article de Stéphanie Grammond, La Presse, 3 octobre 2011

La retraite arrivera plus tard pour les jeunes travailleurs. Au cours des dernières années, les Québécois de 25 à 44 ans ont repoussé de deux ans l'âge cible de leur retraite, révèle un sondage SOM de Question Retraite, obtenu en exclusivité par La Presse Affaires.

En fait, les jeunes travailleurs songent à prendre leur retraite à 61,3 ans, en moyenne, alors qu'ils visaient 59,4 ans, en 2003, d'après un sondage semblable.
«C'est encore un peu jeune, dans le contexte où on veut encourager les gens à travailler plus longtemps», a commenté Nathalie Madore, chef du Service des statistiques et des sondages à la Régie des rentes du Québec (RRQ).

Au Québec, l'âge moyen de la retraite se situe à 59,5 ans pour les femmes et 59,9 ans pour les hommes. Au printemps dernier, Québec a annoncé des modifications aux règles de la RRQ pour encourager les travailleurs à prendre leur retraite après 65 ans, tout en pénalisant plus sévèrement ceux qui prennent une retraite anticipée.

L'idée fait tranquillement son chemin. «Les jeunes ne sont pas fermés à l'idée de travailler après 65 ans», constate Mme Madore.

La proportion des jeunes qui prévoient travailler jusqu'à 65 ans a bondi de 22% en 2003, à 35% en 2011. «C'est beaucoup en seulement huit ans. Ça démontre que ces gens ont une estimation plus raisonnable», a dit Jocelyne Houle-LeSarge, présidente de Question-Retraite.

À l'inverse, le mirage de la «Liberté 55» se dissipe. La proportion des jeunes qui prévoient prendre leur retraite à 55 ans a fondu, en passant de 24% à 14%, indique le sondage.
 
La retraite à l'aveuglette

Mais les jeunes travailleurs ne seront peut-être pas prêts à partir à la retraite à l'âge désiré. La moitié d'entre eux jugent ne pas épargner suffisamment.
Le tiers des jeunes perçoivent l'épargne-retraite comme une privation. «Ils devraient voir ça comme un investissement dans leur qualité de vie à la retraite», insiste Mme Houle LeSarge.

Plusieurs jeunes travailleurs (38%) sont découragés par l'ampleur des sommes à mettre de côté pour s'assurer une retraite confortable. Ils abandonnent dès le départ, parce qu'ils pensent qu'ils n'y arriveront jamais. Paradoxalement, plus on commence à épargner jeune, plus la tâche est facile. C'est lorsqu'on attend la cinquantaine pour épargner sérieusement que les sommes à mettre de côté chaque année sont astronomiques.

«Mais les jeunes n'ont pas de plan, ils ne savent pas où ils s'en vont», déplore Mme Houle-LeSarge.

Près de la moitié des jeunes (45%) n'ont pas vraiment d'idée de la somme qu'ils doivent épargner pour maintenir leur niveau de vie à la retraite. Ils admettent qu'ils ne s'y connaissent pas (43%) ou peu (11%) en matière de finances. Et pourtant, ils n'ont jamais consulté un planificateur financier (54%) pour la planification de leur retraite.

Pourquoi? Trop jeune. Pas le temps. Jamais pensé à ça, disent-ils. «Certains pensent peut-être que les planificateurs ne s'adressent qu'aux gens riches qui ont beaucoup d'actifs. Mais c'est un mythe», insiste Mme Houle-LeSarge. Elle assure qu'un planificateur peut aider les jeunes qui ont peu d'épargne, même ceux qui n'ont que des dettes.
 
Trop serrés pour épargner

D'ailleurs, l'endettement est un frein à l'épargne-retraite. Pour les jeunes, la priorité va au remboursement dettes.

Si on leur donnait 5000$ en cadeau, trois jeunes sur cinq décideraient de rembourser des dettes (50%) ou de payer l'hypothèque (13%). Un sur cinq profiterait de l'occasion pour se payer une gâterie, comme un voyage et des rénovations. Et seulement un sur cinq choisirait d'investir l'argent.
Il faut dire que plus de la moitié des jeunes ont une hypothèque (56%). En outre, les trois quarts des jeunes travailleurs québécois ont des dettes de consommation, qu'il s'agisse d'un prêt-auto (46% d'entre eux), d'une marge de crédit ou d'un prêt personnel (38%) ou encore d'un solde impayé sur une carte de crédit (41%), ce qui est particulièrement inquiétant.

«S'ils n'avaient pas à payer 19% d'intérêt sur la carte de crédit, ce serait une belle économie!» dit Mme Houle-LeSarge.
--------------
 
LES JEUNES ET LA RETRAITE
 
35%
Proportion de jeunes en emploi qui prévoient travailler jusqu'à 65 ans, contrairement à 22% en 2003.
14%
Proportion de jeunes qui prévoient prendre leur retraite à 55 ans, le fameux "Liberté 55".
38%
Proportion de jeunes travailleurs qui se disent découragés par l'ampleur de la somme à mettre de côté pour s'assurer une retraite confortable.
 
Source: Sondage SOM pour Question Retraite

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?