vendredi, novembre 11, 2011

 

Stratégies destinées à la génération sandwich


Publié par Groupe financier Strategia, le 16 juin 2010

 Prendre soin à la fois de ses parents et de ses enfants

 Selon Statistique Canada, près de trois personnes sur dix âgées de 45 à 64 ans qui ont des enfants célibataires de moins de 25 ans vivant avec eux prennent également soin d’un parent âgé (Statistique Canada, Le Quotidien, le mardi 28 septembre 2004, http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/040928/dq040928b-fra.htm). Ces personnes soignantes font partie de la « génération sandwich », prise entre les besoins de leurs propres enfants et ceux de leurs parents ou d’autres proches âgés. Difficile sur le plan émotif, cette situation peut aussi avoir de graves conséquences financières pour la génération sandwich, notamment un surcroît de dépenses, une réduction du revenu et un manque d’économies.

Si vous faites partie de la génération sandwich et cherchez des moyens de composer avec le stress lié aux soins à donner à la fois à vos parents et à vos enfants, les conseils utiles suivants pourraient contribuer à alléger votre fardeau, autant sur le plan émotif que financier.


Combien coûtent les soins de longue durée?
Les coûts des soins de longue durée peuvent s’avérer exorbitants. Par example, en Ontario, une chambre privée dans un centre d’hébergement coûte 2161.71 par mois, ou 25 940.52 par année (Calculé selon les quote-parts en vigueur au 1er juillet 2009 www.health.gov.on.ca/french/publicf/programf/ltcf/15_facilitiesf.html)

Pourquoi les sorties d’argent sont-elles plus considérables dans un ménage de la génération sandwich?

Diverses mesures coûteuses pourraient devoir être apportées à l’égard des soins à prodiguer à vos parents âgés, sans que ceux-ci aient suffisamment d’économies pour en assumer les frais. À tout le moins, il faut peut-être prévoir des aménagements à leur domicile en fonction de leur invalidité — des poignées dans la douche à la rampe d’accès et au plateau élévateur. À mesure que la santé et l’autonomie de vos parents déclinent, ils pourraient nécessiter des soins à domicile, allant de la préparation des repas et du ménage à l’aide infirmière professionnelle. Ils pourraient aussi un jour avoir besoin de votre aide financière pour payer des soins de longue durée – lesquels, comme l’indique l’encadré, s’avèrent parfois très coûteux.

Pourquoi les rentrées d’argent se font-elles plus rares dans un ménage de la génération sandwich?

Lorsque vous aidez vos enfants à épargner en vue d’études post-secondaires tout en prenant soin de vos parents vieillissants et en tenant d’économiser pour votre propre retraite, vous avez parfois l’impression de manquer de temps. Par conséquent, vous devez peut-être réduire vos heures de travail, demander à votre employeur de travailler à temps partiel ou prendre un congé sans solde – ce qui peut gruger une bonne part de votre salaire net. Cette situation peut également influer sur vos gains potentiels futurs, si vous devez refuser une promotion ou un poste lucratif parce que les soins que vous prodiguez à vos parents et à vos enfants deviennent trop exigeants.

Quelle incidence cela a-t-il sur votre plan financier à long terme?

Vous pourriez ne pas épargner suffisamment en vue des études post-secondaires de vos enfants s’il vous faut attribuer une plus grande part de votre revenu disponible déjà amputé aux soins de vos parents. De plus, si vous devez puiser dans un REER ou interrompre votre programme régulier d’épargne pour couvrir les dépenses du moment, vous pourriez vous trouver à court lorsque vous prendrez votre propre retraite.

Des solutions 

Un conseiller financier peut vous aider à surmonter ces difficultés en élaborant un programme financier solide qui comprend les stratégies suivantes :


Évaluer la situation financière de vos parents âgés

Demandez à vos parents s’ils ont les ressources financières nécessaires pour payer les frais associés au vieillissement à même leurs propres économies, combien ils ont accumulé en épargne (y compris leurs FERR), quel montant ils s’attendent de recevoir de leur employeur et de l’État (y compris les prestations du Régime de pensions du Canada, du Régime de rentes du Québec et de la Sécurité de la vieillesse) et s’ils disposent d’un fonds d’urgence (un CELI ou une marge de crédit). Vous devez aussi savoir si vos parents sont protégés en cas de maladie grave, s’ils ont une assurance soins de longue durée, et s’ils ont un testament et des procurations ou des mandats en cas d’inaptitude.
Tournez-vous vers un conseiller qui aidera vos parents à gérer leur budget et leurs finances en général s’ils font affaire avec une autre institution financière. Un conseiller est mieux placé pour élaborer des programmes coordonnés et intégrés pour les deux générations et pour gérer tout leur actif.

Vérifier l’adaptabilité des conditions de travail

N’hésitez pas à demander à votre employeur si vous pourriez profiter de solutions à court terme telles qu’un congé sans solde temporaire, ou de solutions à plus long terme telles qu’un horaire flexible ou du télétravail. Si vous prenez soin d’un membre de la famille gravement malade, vous avez peut-être droit aux prestations de compassion offertes par l’assurance-emploi. Ce programme verse jusqu’à six semaines de prestations qui peuvent être partagées avec d’autres membres de la famille. Pour en savoir plus sur ce programme, allez à www.servicecanada.gc.ca/fra/ae/genres/prestations_compassion.shtml.


Favoriser l’épargne-études
Comme le coût des études post-secondaires continue d’augmenter, il est très important de prévoir un montant dans votre budget pour les études de vos enfants. Vous pouvez épargner intelligemment grâce à la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) offerte par le gouvernement fédéral, qui correspond à 20 % de la première tranche de 2500 $ cotisée annuellement à un régime enregistré d’épargne-études (REEE) et aussi a une subvention provincial de 10% pour un total de 30%. Et, bien sûr, le REEE vous permet de faire fructifier votre capital à l’abri de l’impôt, car il n’y a aucun impôt à payer tant qu’aucun retrait n’est effectué pour payer le programme d’études admissibles. Si l’épargne accumulée dans votre REEE ne suffit pas, vos enfants et vous pouvez explorer d’autres options de financement, y compris une bourse d’études, une subvention, un prêt et un travail à temps partiel ou un emploi d’été.

Garder le cap sur la planification de la retraite

Les membres de la génération sandwich nécessiteront peut-être eux-mêmes des soins coûteux en vieillissant; ils ne peuvent donc pas se permettre de négliger leur propre régime d’épargneretraite. Bien qu’il puisse être difficile de cotiser rigoureusement et régulièrement à un régime d’épargne si vous devez assumer les coûts associés aux soins de vos parents, tentez de garder le cap sur la planification de votre retraite. Vous devrez peut-être mettre 100 $ plutôt que 150 $ de côté chaque mois, mais vous ne devez surtout pas cesser d’épargner.

Un conseiller financier peut aussi vous aider à déterminer si votre assurance-vie suffira pour pourvoir aux besoins de vos enfants et de vos parents, et si vous êtes suffisamment protégé en cas de maladie grave et d’invalidité à long terme. N’oubliez pas que l’assurance coûte souvent beaucoup moins cher lorsqu’on est plus jeune et en meilleure santé. La planification contribue largement à vous aider à relever avec une plus grande confiance les défis auxquels la génération sandwich est confrontée. Pour en savoir plus, parlez à votre conseiller financier dès aujourd’hui.

En bref

La hausse du coût des soins de santé et des études pourrait mettre en péril le programme financier à long terme des personnes de la génération sandwich. Cependant, un planification adéquate peut alléger le fardeau des soins à prodiguer à la fois à vos enfants et à vos parents:
 RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?