mercredi, juin 27, 2012

 

Les personnes âgées, souvent privées de sexualité en institution

 Source : LaPresse.ca, 26 juin 2012

Les personnes âgées placées dans des institutions devraient pouvoir continuer à avoir des relations sexuelles consenties, même lorsqu'elles présentent des signes d'Alzheimer, estiment des spécialistes du grand âge.

Le manque d'attention apporté par les institutions réservées aux personnes âgées aux besoins sexuels de leurs résidents est préoccupant, alors même que la sexualité et l'intimité jouent un rôle central dans la santé et le bien-être des individus jusqu'à un âge avancé» relève un article publié mardi par Journal of Medical Ethics (du groupe britannique BMJ).

Rédigé par Laura Tarzia et plusieurs autres spécialistes australiens, l'article critique les établissements qui ont des attitudes très conservatrices sur la question, conduisant de facto à priver de relations sexuelles leurs pensionnaires âgés, même lorsqu'ils ne sont atteints que de démence légère.

Parmi les démences, qui apparaissent en général après 60 ans, figurent principalement la maladie d'Alzheimer (70% des syndromes démentiels).

«Les recherches montrent que les personnes âgées veulent une reconnaissance de leur sexualité et pensent que les professionnels devraient s'enquérir de leurs besoins», notent les auteurs de l'article.
Mais les établissements australiens mettent généralement en avant la sécurité des patients, des locaux peu adaptés (chambres qui ne ferment pas à clé ou dotés de lits simples), ou la crainte d'éventuelles réactions négatives des familles ou de procédures judiciaires.
 
Des «chambres d'amour» au Québec

La situation n'est guère différente en France. «Les enfants ont toujours beaucoup de difficultés à imaginer l'activité sexuelle de leurs parents. Quand ce sont des parents malades, voire atteints d'Alzheimer, c'est encore pire», relève Françoise Forette, professeur de gériatrie et directrice de la Fondation nationale de gérontologie.

Les patients atteints d'Alzheimer représentent 70% des pensionnaires des maisons de retraite en France.

Le manque d'adaptation des locaux est l'autre frein, selon Mme Forette, qui cite l'exemple du Québec où on trouve des «chambres d'amour» qui ferment à clé dans certaines maisons de retraite.

 «On voit de plus en plus de nouveaux couples dans les maisons de retraite, et même si la plupart se forment sur le mode de l'amitié et de l'affection, il faut leur laisser la liberté d'avoir des activités sexuelles s'ils le souhaitent et si tout s'y prête», ajoute la gérontologue.

Parmi les autres entraves figure la qualité du consentement requis de la personne âgée malade qui, selon les auteurs de l'article australien, est beaucoup trop rigide dans de nombreux établissements. Il faut pouvoir tenir compte de signes non verbaux, comme l'expression du visage lorsque la démence est encore modérée.

 Mais les choses ne sont pas toujours simples, selon l'étude australienne : «Lorsqu'il ne s'agit pas d'un couple constitué mais de personnes qui ne se connaissent pas très bien, le personnel peut se demander ce qui peut se passer, est-ce que l'activité sexuelle sera normale, est ce que la personne qui consent va consentir tout le temps, ou est-ce qu'elle va être forcée par la force physique du partenaire masculin?».

Selon une étude australienne citée par la revue médicale britannique, les risques physiques restent pourtant minimes, avec un taux d'abus sexuels infime (0,3%) dans les établissements accueillant des malades atteints d'Alzheimer, contre 2 à 4 % pour les autres types de violences, mais ces statistiques restent probablement sous-évaluées.

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

 Les personnes âgées sont un peu, beaucoup victimes de la mentalité qu'elles avaient dans leur jeune temps et qu'elles ont inculqué à leurs enfants.  Au Québec, la religion catholique et surtout, sa rigidité face à l'expression de la sexualité, sous toutes ses formes, ont contribué à nier des aspects fondamentaux de la dignité humaine, notamment, celle d'avoir du plaisir sexuellement, en dehors de la procréation. En vieillissant, ces gestes de faire l'amour et d'exprimer de la tendresse qui nous apparaissaient tout à fait normaux deviennent des tabous dans nos institutions remplies de règlements et d'interdits. C'est le retour aux lois du monastère et des Soeurs Cloîtrées : la vie régulière d'une personne âgée doit s'inscrire dans la monotonie et la complaisance des Autorités du lieu de résidence, en attendant le paradis qui se fait attendre avec l'accroissement de la longévité,....

La libre expression de la sexualité est un fait nouveau dans nos sociétés occidentales. La phase de débroussaillage semble remonter aux années 70, moments cruciaux du « Peace and Love).

Enfin, selon moi, cette libéralisation des moeurs va s'imposer au fur et à mesure que les nouveaux retraités feront valoir leurs droits et dicteront leurs valeurs à la société d'aujourd'hui, avec des périodes de transition extrême, comme on le vit présentement.

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?