jeudi, octobre 04, 2012

 

Canada : Cap sur le VIEILLISSEMENT

Pyramide de population
Le 1 juillet, 1966 et 2006
 Source : Statistique Canada

 Canada : Cap sur le VIEILLISSEMENT

À mesure que les baby-boomers vieillissent, la population âgée du Canada s'accroît. 

Les Canadiens ont une des plus grandes espérances de vie au monde. En moyenne, un homme de 65 ans au Canada peut s'attendre à vivre encore 17,4 ans, et une femme de 65 ans, encore 20,8 ans. La plupart des Canadiens âgés seront maintenant en bonne santé pendant 13 de ces années après 65 ans. Au cours des dernières années, on a constaté au Canada une réduction des hospitalisations pour des fractures de la hanche, des améliorations de la santé fonctionnelle (p. ex. la vue, l'ouïe, la parole, la mobilité, la dextérité et les habilités cognitives) - particulièrement chez les hommes, et une augmentation du nombre de personnes âgées qui n'ont jamais fumé. Les Canadiens âgés se considèrent aussi en très bonne santé, tant physiquement que mentalement.


Malgré ces tendances positives sur le plan de la santé, les personnes âgées au Canada font encore face à de nombreux problèmes complexes en relation avec le vieillissement, et leur qualité de vie tend à diminuer avec l'âge. Par exemple, la prévalence des maladies chroniques augmente : en 2005, 91 % des personnes âgées déclaraient souffrir d'une ou plusieurs affections chroniques (comparativement à 87 % en 2001).

Parce que leurs problèmes de santé augmentent lorsqu'elles vieillissent, les personnes âgées sont plus limitées dans leurs activités que les Canadiens plus jeunes : 7 % ont besoin d'aide pour des activités de la vie courante, comme prendre un bain, s'habiller, manger et passer d'une pièce à l'autre, et 24 % doivent être aidées pour des activités essentielles de la vie courante, comme se faire à manger et veiller à l'entretien ménager. Les taux d'invalidité augmentent avec l'âge : 32 % des personnes âgées ont des invalidités qui ont des répercussions sur leur mobilité, 29 % en ont qui réduisent leur agilité, et 25 % en ont qui leur causent de la douleur. Les Canadiens âgés sont aussi plus sujets aux blessures et aux chutes qui limiteront leur mobilité et leur autonomie.

Environ 16 % des Canadiens de plus de 65 ans viendront à présenter une certaine forme de déficience, comme une perte de mémoire, et 8 % auront une maladie cérébrale dégénérative, comme la maladie d'Alzheimer ou une autre démence. Le risque de déficience cognitive augmente avec l'âge.

Après 85 ans, un Canadien sur trois est d'atteint de la maladie d'Alzheimer ou d'un trouble connexe. En 2006 seulement, environ 97 000 nouveaux cas de démence ont été diagnostiqués. Selon les plus récentes estimations, la maladie d'Alzheimer et les autres démences coûtent 5,5 milliards de dollars par année au système de santé canadien, ou 15 millions de dollars par jour. Ces coûts ne comprennent pas les coûts sociaux pour les familles et les aidants naturels, ni le coût personnel pour la personne atteinte de démence.

Si l'Institut du vieillissement veut atteindre son but, soit améliorer la qualité de vie et la santé des Canadiens âgés en comprenant, en prenant en charge ou en prévenant les conséquences d'une vaste gamme de maladies et de troubles qui accompagnent le vieillissement, il doit s'attaquer à l'impact que les problèmes de mobilité et la déficience cognitive ont ensemble sur les personnes âgées, ainsi que sur la société en général.

À propos de l'Institut du vieillissement

Faire progresser les connaissances dans le domaine du vieillissement.
Améliorer la qualité de vie et la santé des Canadiens âgés.

D'ici 2015, pour la première fois de son histoire, le Canada comptera plus de personnes âgées de 65 ans et plus que de jeunes de 15 ans et moins. Notre population vieillit, et lorsque les premiers baby-boomers auront 65 ans en 2011, cette tendance s'accélérera. Le grisonnement de notre société aura de profondes conséquences pour les individus, les collectivités, les services sociaux et les services de santé. Le vieillissement sera un des plus importants facteurs sociaux à façonner notre société au cours des 20 à 30 prochaines années.

Les IRSC ont établi l'Institut du vieillissement pour « appuyer la recherche visant à favoriser un vieillissement en santé et à étudier les causes, la prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement, les systèmes de soutien et les soins palliatifs relativement à un large éventail de maladies associées au vieillissement ». Contrairement à de nombreux autres instituts des IRSC, qui se concentrent sur des maladies particulières, l'Institut du vieillissement a pour mandat la personne vieillissante dans une société vieillissante, et les effets de différentes maladies et affections sur le vieillissement. Son but est d'améliorer la qualité de vie et la santé des Canadiens âgés en comprenant les conséquences d'une vaste gamme de facteurs liés au vieillissement, et en s'y attaquant ou en les prévenant.

Anne Martin-Matthews est la directrice scientifique de l'Institut, qui a son siège à l'Université de la Colombie-Britannique. Un conseil consultatif formé d'experts de la recherche sur le vieillissement et la santé, ainsi que des figures de proue du secteur bénévole, guident l'Institut dans son travail.

Se référer à l'adresse suivante :

L'Institut du vieillissement des IRSC - Plan stratégique pour 2007 à 2012

RD




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?