mercredi, novembre 14, 2012

 

Caisse de dépôt: le ministre Marceau est invité à entendre l'appel des agences de notation


L’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) dévoile ses attentes en vue de la présentation, le 20 novembre prochain, du budget 2013-2014 du gouvernement du Québec. « Nos demandes sont simples : abandonner le projet de modifier la mission de la Caisse de dépôt et placement du Québec, clarifier le financement des ressources d’hébergement pour aînés et faire le ménage à la CARRA », a déclaré la présidente de l’AQRP, Mme Lyne Parent.

Caisse de dépôt et placement

L’AQRP estime que le ministre des Finances et de l’Économie, M. Nicolas Marceau, doit entendre l’appel des agences de notation Standard & Poor's et DBRS, qui menacent d’abaisser la cote de crédit de la Caisse de dépôt et placement du Québec si le gouvernement donne suite à ses intentions à propos de l’institution. Une baisse de la cote de crédit de la Caisse pourrait augmenter le coût de ses emprunts, ce qui risquerait de réduire le rendement espéré sur ses placements. Lors de la campagne électorale, le Parti Québécois a proposé de modifier la mission de l’organisme pour prioriser le développement économique, notamment par la création d’un fonds de développement de 10 milliards de dollars à même les dépôts à la Caisse.

Hébergement pour aînés

L’AQRP demande au gouvernement de confirmer :


Ménage à la CARRA

Les déboires informatiques de l’organisme chargé d’administrer les régimes de retraite du secteur public sont tels que la fiabilité des données n’est plus au rendez-vous. Cela est sans parler des coûts reliés à ces projets. À la faveur de l’arrivée d’un nouveau président-directeur général à la CARRA,
l’AQRP demande au ministre Marceau de prévoir le financement de remises de dettes dans le cas d’erreurs administratives que la clientèle ne pouvait pas déceler.

(L'AQRP est la principale association indépendante de retraités de l'État au Québec.)

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Le gouvernement de Mme Marois est minoritaire et en mode survie. De plus, l'économie québécoise ne croît pas à la vitesse prévue. En conséquence, les rentrées fiscales attendues ne sont pas au rendez-vous. Enfin, la question centrale de ce budget prématuré est d'essayer d'équilibrer les dépenses engagées aux revenus perçus et de satisfaire les partis de l'Opposition dans leurs demandes, notamment l'absence d'augmentation des taxes. Il serait surprenant que les demandes de l'AGRP soient prises en considération à ce moment-ci.

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?