mercredi, mars 06, 2013

 

CHSLD : Clientèle plus lourde


 îlot prothétique


Article de Johanne Roy, Journal de Québec, 4 mars 2013

L’espérance de vie ne dépasse généralement pas trois ans en établissement

Le Centre d’hébergement Christ-Roi, à Québec, a aménagé un îlot prothétique très fonctionnel pour les résidents en perte cognitive. Sur la photo, Michel Cantin, porte-parole du comité des usagers de ce centre de 136 lits, avec les membres du personnel Marie-Pier Tancrède, Danielle Lacroix, Linda Simard et Carole Guay. 

La clientèle en soins de longue durée s’est significativement alourdie au cours des dernières années, au point où l’espérance de vie ne dépasse pas trois ans, en général, en établissement.

Parce qu’elles sont suivies plus longtemps à domicile ou en ressources intermédiaires, les personnes admises en CHSLD nécessitent désormais au moins trois heures et demie de soins par jour. Il n’est pas rare qu’elles requièrent cinq heures et plus de soins quotidiennement.

Membre du Comité central des résidents au CSSS de la Vieille-Capitale, Michel Cantin constate que la perte d’autonomie est parfois si importante que certains aînés décèdent dans le mois suivant leur admission.

«Pour la première fois depuis le début de décembre, nous avons eu 18 décès au Centre d’hébergement Christ-Roi (136 lits). Les gens qui marchent encore se comptent sur les doigts de la main», rapporte M. Cantin.

Soins adaptés

À ce centre, trois résidents sur quatre présentent des troubles cognitifs. Dans les prochaines années, ce sera le fait de 75 % à 80 % des personnes admises en CHSLD.

«Cela nécessitera des compétences et des approches différentes», émet la directrice générale de l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), Michèle Pelletier.

«C’est tout un défi de faire vivre une vie communautaire à 30 résidents qui ont des problèmes cognitifs, sur une unité. Les personnes ne comprennent pas les consignes; certains ont des comportements perturbateurs», souligne, pour sa part, Michel Cantin.

Toutefois, le Centre Christ-Roi a aménagé un îlot prothétique très fonctionnel qui améliore grandement la qualité de vie de ces résidents. L’approche de soins va jusque dans la façon de faire la toilette des aînés en perte cognitive. Ainsi, le personnel commence par les jambes plutôt que par le visage, afin que le résident ne se sente pas agressé.

«Nous essayons de maintenir le plus possible l’autonomie et la communication de ces personnes. On fait référence à leur mémoire de vie. La résidente qui aimait cuisiner va participer à la préparation d’une recette. Les couleurs, le système d’éclairage sont pensés en fonction de cette clientèle», explique Sylvie Goulet, chef d’unité au Centre Christ-Roi.

Moins de médication

Selon Me Jean-Pierre Ménard, les bons milieux évitent autant que possible le recours à la contention, notamment en enlevant les pattes de lit ou en disposant des matelas en escalier.

Ils parviennent aussi à diminuer la médication. «À certains endroits, on gère les troubles de comportement en “knock-outant” les personnes», déplore-t-il.

«Il y a une tendance lourde dans les milieux mal organisés, où le personnel dit aux résidents : faites dans votre couche! Cela entraîne une perte d’autonomie plus grande encore. Toute la gestion de la continence fait partie des critères d’appréciation en hébergement», remarque Me Ménard.

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?