mardi, mai 28, 2013

 

Baby-boomers : l’État ne pourra subvenir à tous les besoins


Baby-boomers - L’État ne pourra subvenir à tous les besoins



Article de l'Agence QMI, 07/05/2010


Les baby-boomers, 1,6 million de personnes au Québec, ont tendance à embellir un peu trop leur avenir.


Selon un sondage CROP, réalisé pour le compte de l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), seulement un baby-boomer sur trois investit dans ses REER. «Ce qu’on peut mesurer est insuffisant à l’heure actuelle pour prendre une retraite confortable. Ou bien ils vont devoir vivre avec des ressources plus faibles qu’ils auraient cru, ou bien ils devront travailler plus longtemps», a indiqué, Alain Giguère, président de CROP.

Les baby-boomers se sentent plus jeunes qu’ils le sont en réalité. À 57 ans, ce qui correspond à l’âge moyen des 50-64 ans, ils croient en avoir 47. On est vieux à partir de 80 ans!

La majorité dit poser des gestes concrets pour bien vieillir. Ils paient leurs dettes, modifient leurs habitudes de vie, visitent régulièrement le médecin, etc. Lorsqu’ils atteindront 75 ans, 66 % des répondants pensent qu’ils auront encore une bonne santé.
 
Le revers de la médaille

Par contre, s’ils devaient avoir besoin d’aide pour les tâches ménagères, les soins corporels et autres, les baby-boomers se tourneraient davantage vers les CLSC plutôt que leurs enfants. C’est le cas à tout le moins de 54 % des répondants. Très peu disent qu’ils auront «beaucoup» les moyens de s’offrir les services d’une entreprise privée.

«Plus de la moitié des gens s’attendent, d’une manière ou d’une autre, à ce que l’État leur rende des services. Compte tenu du volume d’individus, je ne crois pas que l’État va avoir les ressources suffisantes pour répondre à tous ces besoins-là», a ajouté M. Giguère.

En cas de perte d’autonomie, 72 % préféreraient demeurer à domicile grâce à des soins publics ou privés, 25 % s’imaginent vivre dans un appartement avec services, tandis que 11 % aimeraient vivre dans une maison intergénérationnelle.

Ce sondage a été réalisé auprès de 686 personnes âgées de 50 à 64 ans entre le 13 et le 20 avril 2010.


COMMENTAIRE DE PHILOMAGE


Ce sondage qui date de trois ans garde toute sa pertinence. La plupart des Québécois ne voient pas venir l'âge de la retraite ou ne la prépare pas bien. C'est malheureux parce que dans notre société dite moderne où les familles sont largement «éclatées» et où chacun tire de son bord, les résultats de ces comportements vont faire mal.


D'une part, le Gouvernement ne peut tout prendre en charge et d'autre part, les traditions d'entraide ou les liens familiaux forts s'estompent. Il faudra alors repenser nos façons de faire et remettre à l'ordre du jour de vieilles façons de faire héritées de nos grands-parents et arrières-grands-parents si l'on veut que les baby-boomers jouissent d'une retraite confortable et heureuse. Souhaitons-le au plus grand nombre possible.


RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?