lundi, août 19, 2013

 

RAPPORT 2012 SUR LES RÉSIDENCES POUR PERSONNES ÂGÉES

Rapport de la Société canadienne d’hypothèques et de logement

SCHL

La SCHL est l’organisme national responsable de l’habitation.

Forte de plus de 65 ans d’expérience, la SCHL collabore avec les organismes communautaires, le secteur privé, les organismes sans but lucratif et tous les ordres de gouvernement afin de trouver des solutions novatrices aux problèmes actuels en matière d’habitation, de prévoir les besoins de demain et d’améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens.



Faits saillants - Canada
„
 
Au Canada, on dénombrait sur le marché 204 496 places dans les résidences
pour personnes âgées en 2012 et la grande majorité, soit 81,8 %, étaient des
places standards

„
Dans les résidences pour personnes âgées du Canada, le taux d’inoccupation
des places standards est demeuré relativement stable en 2012 par rapport à
2011 : il est passé de 10,7 à 10,6 %.
„
Le loyer mensuel moyen des studios et des chambres individuelles incluant
au moins un repas par jour s’élevait à 1 966 $ au pays en 2012, alors qu’il se
chiffrait à 1 903 $ en 2011. Le plus bas (1 410 $) a été enregistré au Québec
et le plus haut (2 699 $), en Ontario.
 
Une place standard est occupée par un résident qui paie le loyer du marché et reçoit un niveau soins (moins d’une heure et demie de soins par jour). La catégorie des places non standards englobe les places avec soins assidus, les places de soins de relève et les places hors marché.
 
 Univers
 
Selon les résultats de l’enquêtenationale réalisée en 2012 par la SCHL, 202 091 personnes âgées habitaient les 2 586 résidences incluses dans l’univers d’enquête au Canada. On comptait au pays 204 496 places dans ces résidences; la grandemajorité, soit 81,8 %, étaient des places standards.
 
Le taux d’attraction – pourcentage de la population des 75 ans et plus louant une place (standard ou non) – s’établissait à 8,6 % au Canada cette année. C’est au Québec qu’il était le plus élevé (17,8 %) et en Nouvelle-Écosse qu’il était le plus bas (1,7 %).
 
Taux d’inoccupation
 
10,6 % des places standards étaient vacantesAu Canada, le taux d’inoccupation des places standards dans les résidences pour personnes âgées s’établissait à
10,6 % en 2012, soit à peu près au même niveau qu’en 2011 (10,7 %).
Le plus haut (38,7 %) a été relevé à Terre-Neuve-et-Labrador et le plus
bas (4,8 %), au Manitoba.La proportion de places standards vacantes était supérieure à la moyenne nationale en Ontario (14,4 %), en Colombie-Britannique (12,6 %) et en Alberta (11,3 %), et inférieure à la moyenne nationale en Saskatchewan (6,7 %), en Nouvelle-Écosse (6,9 %), au Nouveau-Brunswick (7,7 %), à l’Île-du-Prince-Édouard (8,2 %) et au Québec (8,4 %).
 
Parmi les régions métropolitaines derecensement (RMR), les plus forts
pourcentages de places standardsinoccupées ont été relevés à Windsor (2,8 %) et à Kingston (18,8 %), et les plus faibles, dans le Grand Sudbury
(1,8 %) et à Kitchener (4 %).
 
 Dans les sept RMR les plus grandes du Canada, les taux d’inoccupation se situaient au milieu de l’échelle.La RMR de Québec est, parmi ces septgrandes régions urbaines, celle où la proportion de places standards inoccupées était la plus petite (5,2 %); elle était suivie de Montréal(7,9 %) et de Calgary (8,5 %). Les quatre RMR les plus grandes ayantenregistré un taux d’inoccupation
supérieur à la moyenne nationalesont Edmonton (11,4 %), Abbotsford/
Vancouver (12,9 %), Ottawa-Gatineau(partie ontarienne, 14,7 %) et Toronto (17,9 %).
 
 En général, le taux d’inoccupation des résidences pour personnes âgées est
supérieur à celui des ensembles de logements locatifs traditionnels, en
raison des loyers qui y sont plus chers et du taux de roulement plus élevé.
 
Taux d’inoccupation moyen desplaces non standards : inférieur
à celui des places standardsEn 2012, le taux d’inoccupation des places non standards était inférieur à celui des places standards : ils’établissait en moyenne à 3,1 % auCanada, en hausse par rapport à l’an dernier (2,7 %).
 
Si le taux d’inoccupation est inférieur dans la catégorie des places non
standards, c’est en raison de la nature de ces places. En effet, les places hors marché sont en général toutes occupées, tandis que celles avec soins assidus sont parfois utilisées de façon temporaire puis converties en placesstandards quand elles se libèrent.
 
Le taux d’inoccupation des places standards et non standards réunies est
descendu de 9,7 % en 2011 à 9,5 % en 2012.
 
 Une place est hors marché si son loyer est inférieur au loyer du marché ou si elle est occupée par un résident subventionné. Une place avec soins assidus est occupée par un résident qui reçoit au moins une heure et demie de soins par jour, par exemle s’il est atteint d’Alzheimer ou de démence, ou s’il est à mobilité réduite. Les chiffres estimatifs concernant les places avec soins assidus qui sont occupées incluent uniquement celles où le résident doit payer des frais supplémentaires pour recevoir de tels soins.
 
Pour consulter le reste du rapport, se rendre à l'URL suivant : http://www.aqg-quebec.org/docs/rapport_sur_r%C3%A9sidences__2012_A01.pdf
 
RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?