lundi, août 19, 2013

 

Revenu des aînés : hausse de 43 % depuis 1981



 


REVENU DES AÎNÉS : hausse de 43 % depuis 1981

Article de Jean-Sébastien Marsan / Argent, 16 juillet 2013

Le revenu moyen disponible (après impôt et transferts gouvernementaux) des Québécois de 65 à 74 ans a augmenté de 43 % entre 1981 et 2010, passant de 18 100 $ à 25 800 $ en dollars constants, indique une étude de l’Institut de la statistique du Québec rendue publique récemment.

Pour les personnes de 75 ans et plus, la hausse est encore plus marquée : de 15 400 $ en 1981, leur revenu a bondi de 53 % pour atteindre 23 500 $ en 2010. Cette hausse est attribuable aux revenus des femmes sur le marché du travail et à la participation accrue aux régimes de retraite (tant chez les hommes que les femmes).

En comparaison, les 25-44 ans ont vu leurs revenus se détériorer de 1981 jusqu’au début des années 2000. En 2010, le revenu disponible moyen était à son meilleur chez les 35-44 ans (37 200 $) pour ensuite diminuer avec l’âge, celui des personnes de 75 ans et plus correspondant à 63 % de celui des 35 à 44 ans.

Les personnes âgées ont effectué un rattrapage spectaculaire qui correspond, pour une bonne part, à l’expansion des régimes de retraite. On l’oublie parfois, les principaux régimes publics existent depuis moins d’un demi-siècle : le Régime des rentes du Québec est entré en vigueur en 1966, tout comme la Loi québécoise sur les régimes supplémentaires de rentes (suivie de la Loi sur les régimes complémentaires de retraite en 1990). En 1967, le gouvernement fédéral a créé le Supplément de revenu garanti. Les premiers REER pour travailleurs autonomes ont vu le jour en 1957. Depuis 1970, l’ensemble des salariés peut cotiser à un REER.

Les hausses de revenus des personnes âgées depuis 1981 ont permis de réduire progressivement leur taux de faible revenu et de les rendre moins dépendantes du Supplément de revenu garanti, qui se veut un programme de dernier recours.

Les sources de revenus des personnes âgées

Chez les 65-74 ans, les prestations privées de retraite composent environ le tiers du revenu; les prestations de la Régie des rentes et de la de la Sécurité de la vieillesse, 19 % du revenu; le Supplément de revenu garanti, 6 %, et les revenus de placement, 5 %.
Du côté des 75 ans et plus, les programmes publics jouent un rôle accru. Les programmes fédéraux (Sécurité de la vieillesse et Supplément de revenu garanti) comptent pour un peu plus de 30 % de leurs revenus, les prestations privées de retraite 29 %, les prestations de retraite publiques, 22 %, et les revenus de placement, 14 %.

Au total, les revenus de sources publiques représentent, en moyenne, 43 % des revenus des personnes de 65-74 ans et 53 % de celles de 75 ans et plus.

Plus de six personnes sur dix âgées entre 55-64 ans empochent un revenu provenant d’un travail rémunéré, deux personnes sur dix chez les 65-74 ans et environ une personne sur 20 chez les 75 ans et plus

Cela dit, les personnes âgées ne forment pas un groupe homogène. Celles qui ont obtenu un diplôme d’études postsecondaires, qui ont consacré de longues années au marché du travail et qui échappent à la solitude sont évidemment mieux nanties, en moyenne.

En 2010, les femmes de 55 ans et plus avaient un revenu disponible inférieur à celui des hommes, mais cet écart diminue avec l’âge. Le revenu disponible des femmes de 55 à 64 ans représentait 63 % de celui des hommes. Ce ratio augmente à 65 % chez les 65-74 ans et à 80 % chez les 75 ans et plus.

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Depuis quand considère-t-on les Seniors comme des dépendants, dont le coût des rentes de retraite va hypothéquer la jeune génération montante ? C'est affolant comme on peut véhiculer des faussetés et y croire dur comme fer.

La génération des Baby-boomers est celle qui a construit le Québec moderne que l'on connaît aujourd'hui. Ils ont bien le droit de profiter d'un moment de répit, celui d'une retraite bien méritée.

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?