mercredi, février 26, 2014

 

Seul à la retraite – par hasard ou par choix




RAPPORT DE L’INSTITUT INFO-PATRIMOINE BMO

 
  
Comme les Canadiens vivent de plus en plus longtemps, le profil de la retraite évolue constamment. La génération énergique du baby-boom étant maintenant à la barre, il n’est pas surprenant que des retraites plus longues et plus actives se pointent à l’horizon.

Toutefois, que ce soit par hasard ou par choix, un nombre étonnamment élevé de Canadiens vivront leurs années dorées seuls. Une étude récente révèle qu’il est de plus en plus courant de vivre seul à la retraite, soit en raison d’un décès, d’un divorce ou parce qu’on ne s’est jamais marié.

Selon un rapport de Recensement du Canada, 43% des aînés canadiens de 65 ans ou plus vivent seuls. De ce nombre, 5 % ne se sont jamais mariés, 8 % sont séparés ou divorcés et les 30 % restants sont veufs.

Le fait est que, même si vous êtes en couple maintenant, il est fort probable que vous soyez seul à un certain moment durant votre retraite.

À quoi ce phénomène grandissant est-il dû ?

Les raisons pour lesquelles de plus en plus de retraités vivent seuls sont variées.

Divorce au mitan de la vie. Des études indiquent qu’un nombre sans précédent de nouveaux retraités sont divorcés. Selon l’Enquête nationale sur la santé de la population réalisée en 2006, plus du tiers des mariages au Canada se terminent par un divorce avant le trentième anniversaire du couple

Ce phénomène s’expliquerait en partie par ce que les psychologues appellent « la capacité de revendication des baby-boomers », un mouvement grandissant qui incite de nombreuses personnes ayant, pendant des années, rempli des rôles traditionnellement dictés par la société à revendiquer leur liberté pour leur développement personnel, à titre de récompense plus tard dans la vie. En effet, les attitudes à l’égard du mariage changent rapidement, pas seulement en Amérique du Nord, mais partout dans le monde. L’expression jukunen rikon (divorce tardif) est associée à la frustration des Japonaises à l’endroit de leurs époux nouvellement retraités, surnommés « feuilles mouillées » parce qu’ils ont tendance à « coller ».

Décès du conjoint. Les probabilités qu’au moins un membre d’un couple âgé de 65 ans vive jusqu’à 90 ans sont de 50 % et, dans un cas sur quatre, un des membres vivra jusqu’à 94 ans. Pour les femmes surtout, les probabilités de survivre à leur conjoint sont élevées. Un article d’un journal américain déclarait en 2008 que plus de quatre femmes américaines sur dix de 65 ans ou plus sont veuves.

Célibataire. Un plus grand nombre de personnes choisissent de ne pas se marier. Selon de récentes données sur la population, moins de gens se marient qu’auparavant. En fait, pour la première fois, le sondage de 2006 de Statistique Canada sur les personnes de 15 ans ou plus révélait que le nombre de gens non mariés dépassait de près de 4 % celui des gens mariés.

Six stratégies importantes pour les personnes seules ou qui pourraient le devenir 

La retraite en solo présente quelques défis bien particuliers pour les baby-boomers et leurs conseillers financiers. Nous avons déterminé six stratégies importantes qui pourront faciliter la transition si elles sont mises en œuvre avec doigté.

1. Planifier la retraite le plus rapidement possible
2. Bâtir un patrimoine et le faire fructifier
3. Comprendre ce que sont les revenus et les dépenses
4. Revoir ses besoins de logement
5. Préserver sa vie sociale et son équilibre psychologique
6. Préparer une stratégie détaillée pour garder la santé

POUR EN SAVOIR PLUS, OBTENIR OU LIRE LE RAPPORT, consultez l’adresse suivante :





Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?