vendredi, juin 27, 2014

 

Plus de 16 000 appels à la ligne d’aide pour les personnes âgées


CHSLD

Près de 4300 appels ont été faits à la Ligne d’aide pour les aînés par la population en 2013-2014, soit 15 % de plus que l’an dernier. 

La ligne d’aide pour dénoncer les mauvais traitements envers les aînés a franchi le cap des 16 000 appels depuis sa mise en place en 2010, et le nombre de consultations ne cesse d’augmenter.

Pas moins de 4287 appels provenant de la population ont été enregistrés en 2013-2014. Il s’agit d’une augmentation de 15 % par rapport à l’année dernière (3730 appels).

Chiffres déprimants

«C’est absolument déplorable et déprimant de voir les chiffres, mais au moins on a un outil et on peut mieux saisir le problème», réagit Pierre Blain, directeur général du Regroupement provincial des comités des usagers (RP CU).

Au total, 16 130 appels ont été enregistrés depuis la mise en vigueur de la Ligne Aide Abus Aînés (LAAA), qui a été lancée en octobre 2010.

À l’époque, une première campagne publicitaire avait été diffusée par le gouvernement provincial pour inciter les gens à dénoncer les mauvais traitements.

En 2013-2014, une deuxième campagne publicitaire a été mise en ondes. Encore une fois, l’incitation à dénoncer a eu un impact positif sur le nombre d’appels.

«Chaque fois qu’il y a une campagne, l’impact est direct sur les appels, constate la ministre de la Famille et responsable des aînés, Francine Charbonneau. On ne se réjouit pas qu’il y ait autant d’appels, mais la bonne nouvelle c’est que les gens demandent de l’aide.»
 
Exploitation financière

Selon les données de la LAAA, la violence psychologique (31,75 %) et les exploitations financières (30,06 %) représentent toujours le type de maltraitance le plus souvent dénoncé.À ce sujet, Pierre Blain croit que toute la société a un rôle à jouer pour contrer l’exploitation financière.

«Souvent, c’est une personne de la famille qui abuse, alors il faut que les autres membres soient conscients. Et les banques ont une responsabilité», croit-il.

D’ailleurs, le RPCU mettra bientôt sur pied un programme provincial de sensibilisation auprès de la population aux sévices envers les aînés.

Fait à noter, de plus en plus de professionnels appellent à la LAAA pour dénoncer une situation de maltraitance. En 2013-2014, 291 appels de ce type ont été faits, soit près de quatre fois plus qu’il y a trois ans.

Briser le silence

Si plusieurs organismes déplorent le manque de suivi de la LAAA, qui renvoie les aînés à d’autres ressources d’aide, Pierre Blain croit que le simple fait de briser le silence fait toute la différence.
«Un des défis de la maltraitance, c’est l’isolement. Les victimes se referment sur elles-mêmes, souligne-t-il. Si la personne prend le téléphone et appelle, elle a un outil, et on peut saisir le problème.»

Numéro pour la LAAA : 514-489-2287 ou 1-888-489-2287

 Source : Article d'Héloïse Archambault, Agence QMI, 1er juin 2014

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE

Avec l'arrivée en masse des baby-boomers à la retraite, le nombre de personnes âgées maltraitées risque de s'élargir considérablement, dans un avenir rapproché. Il faudra être de plus en plus vigilant pour contrer les multiples formes de maltraitance vis-à-vis les aînés. C'est une évidence!

RD





Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?