dimanche, juillet 13, 2014

 

Des médecins de famille sans patients

Article de Thaïs Martel, Québec Hebdo, 9 juillet 2014


L'accessibilité aux médecins de famille est un enjeu dans plusieurs régions. (Photo TC Media – Jean Chevrette)

Sur papier, la région de la Capitale-Nationale semble choyée avec 154 médecins de famille par 100 000 habitants comparativement à la moyenne provinciale de 115 médecins par tranche de 100 000 habitants. Pourquoi, dans ces circonstances, entend-on si souvent parler de résidents de Québec à la recherche d'un omnipraticien? La réponse est simple: les médecins de famille de Québec ont bien d'autres tâches à l'agenda.

Urgences hospitalières, recherche ou enseignement universitaire, travail dans un établissement à vocation suprarégionale, plusieurs raisons expliquent que certains médecins, pourtant dits de famille, ne prennent pas de patients en charge. «À Québec, nous avons une structure particulière. Plusieurs médecins omnipraticiens travaillent en milieu hospitalier. À titre d'exemple, tout près de 195 médecins travaillent dans les sept urgences de la région. Ces médecins ne font pas de prise en charge et de suivi de clientèle», explique d'entrée de jeu le Dr Jacques Bouchard, chef du Département régional de médecine générale de l'Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale.
De plus, le Dr Bouchard précise que la capitale compte plusieurs établissements universitaires dans lesquels les médecins assurent les activités d'enseignement et de recherche. Plusieurs médecins généralistes choisissent plutôt de travailler dans le réseau hospitalier, en pédiatrie, en obstétrique ou en traumatologie par exemple. Enfin, d'autres omnipraticiens font du travail clinico-administratif dans des organismes comme la Régie des rentes ou celle de l'assurance maladie, la CSST ou en santé publique.

 Malgré tout, les résidents de Québec peuvent se compter chanceux: la Capitale-Nationale présente un des taux de patients orphelins les plus bas dans la province. Et même si le ministère de la Santé et des Services sociaux estime qu'environ 155 omnipraticiens et 200 spécialistes cesseront de pratiquer au Québec d'ici la fin de l'année 2014 (retraite, décès, migration à l'extérieur de la province), le président-directeur général du Collège des médecins du Québec, le Dr Charles Bernard, entrevoit les années à venir avec optimisme. «L'arrivée massive de jeunes médecins me rassure», dit-il. Il précise qu'en 2013, le collège a délivré 852 nouveaux permis de pratique, ce qui se traduit, une fois les départs comptabilisés, par une croissance de 455 médecins en exercice au Québec par rapport à 2012.


Avec la collaboration de Geneviève Blais
Groupe Québec Hebdo

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?