dimanche, juillet 13, 2014

 

Le cancer: première cause de décès



Article de Geneviève Blais, Hebdo Québec, 9 juillet 2014


Le cancer est la principale cause de décès dans toutes les régions de la province. En 2008, tout près de 19 000 Québécois ont perdu leur combat contre les tumeurs malignes, celles-ci étant responsables d'une mort sur trois (32,8 %).

Le cancer le plus répandu chez les femmes est le cancer du sein, tandis que chez les hommes, il s'agit du cancer de la prostate. (Photo TC Media – Jean Chevrette)

Le regard tourné vers l'avenir, le porte-parole de la Société canadienne du cancer, André Beaulieu, se fait rassurant. «Le risque potentiel de développer un cancer n'est pas plus grand aujourd'hui, au contraire.» Selon lui, la hausse du nombre de cas depuis dix ans est principalement associée à l'accroissement démographique, au vieillissement de la population et à l'augmentation de la longévité (88 % des nouveaux cas sont diagnostiqués chez les 50 ans et plus). Mais si le nombre de personnes confrontées à la maladie a bondi, le taux de survie a lui aussi augmenté, s'élevant à 63 % après cinq ans pour toutes les formes de cancer, maintient M. Beaulieu. «Avant, on parlait peu d'une vie après le cancer, alors qu'aujourd'hui, les gens peuvent espérer vivre.»

Il fait un parallèle avec le taux de décès de cause cardiovasculaire qui a diminué au cours des dernières décennies. La Fondation des maladies du cœur et de l'AVC estime que celui-ci a baissé de 75 % depuis 1952, principalement grâce aux avancées dans des domaines comme les interventions chirurgicales, les pharmacothérapies et la prévention.

André Beaulieu mentionne que, pour le cancer, les recherches arrivent aussi à un tournant, alors que l'accessibilité à des vaccins et à des thérapies ciblées selon la génétique et l'agressivité de la tumeur sont à l'étude. «C'est rassurant de savoir que ces avenues-là sont là», dit-il, tout en rappelant qu'à plus court terme, le meilleur moyen de se prémunir contre la maladie demeure l'adoption d'un mode de vie sain.

M. Beaulieu précise que la moitié des cas de cancer pourrait être évitée si les gens ne fumaient pas, bougeaient davantage et mangeaient plus de fruits et de légumes. Il explique que les personnes en bonne santé sont moins sujettes à développer un cancer et que, lorsqu'elles reçoivent pareil diagnostic, leurs chances de survie sont meilleures.

Autres causes de mortalité

Les maladies du cœur sont la deuxième cause de mortalité la plus répandue au Québec, suivies des maladies des voies respiratoires inférieures. Il y a peu de disparités entre les régions. Seul le territoire du Nunavik se démarque du lot. Les décès par suicide (19 %) y sont pratiquement aussi fréquents que les décès par cancer (20,8 %).

Groupe Québec Hebdo

RD



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?