mercredi, janvier 11, 2012

 

Aînés québécois abandonnés par le système

 (Article de Jean-Nicolas Blanchet, Journal de Québec, 9 janv. 2012)

« Les aînés se sont résignés. Ils ne sortiront pas dans la rue pour dénoncer le problème », explique Josée Arsenault, directrice de Service amical basse-ville, organisme qui offre un soutien à domicile à Liliane Turgeon (photo ci-contre)

Mme Liliane Turgeon, un cas type


À 69 ans, Lilianne Turgeon vit seule, au seuil de la pauvreté, dans son un et demi du quartier Saint-Roch.

Puisque sa condition n'est pas assez critique pour qu'un CSSS lui offre de l'aide à domicile, elle doit adresser ses demandes à un organisme communautaire, où elle ne peut se payer que deux heures d'aide tous les 15 jours. Un coup de pouce domestique nécessaire, mais loin d'être suffisant, surtout l'hiver.

Profil d'incapacité

Mme Turgeon est un exemple parmi un nombre grandissant de personnes âgées qui doivent se démener sans se plaindre, isolées, sans famille ni ami pouvant les aider suffisamment.

Les CSSS du Québec établissent les conditions d'incapacité des personnes âgées en leur conférant un profil (ISO SMAF) de 1 à 14, variant de la moindre à la plus sévère incapacité. Les profils 1, 2 et 3 sont normalement attribués à ceux ayant besoin d'aide pour les activités domestiques. Ils sont, en théorie, invités à s'adresser aux organismes communautaires.

Le Journal a cependant appris qu'en raison du vieillissement de la population, plusieurs CSSS, par manque de ressources, doivent maintenant relayer des personnes âgées de profil 5, 6, 7 et 8. Celles-ci souffrent souvent de problèmes mentaux et ont besoin d'assistance pour les soins d'hygiène. Elles sont donc délaissées par le réseau de la santé et peinent à se payer des heures avec les organismes communautaires. Cette réalité provoque un débordement dans ces organismes qui ont peu de ressources adéquates pour offrir suffisamment de soins.

Manque de budget

Directeur général de la Fédération des coopératives de services à domicile et de santé du Québec, Jean-Benoît Caron regroupe ces organismes communautaires qui cherchent de l'aide, puisqu'ils ne disposent plus des budgets de fonctionnement nécessaires avec la hausse de la demande de soins, explique-t-il. Les volontaires qui souhaitent empocher 11,50 $ l'heure pour être plongés dans de telles tâches sont aussi très rares, ajoute M. Caron, qui croit que l'an dernier, au Québec, les usagers des soins à domicile auraient eu besoin d'un million d'heures additionnelles en soutien.

QUELQUES STATISTIQUES RÉVÉLATRICES


Région du Bas-Saint-Laurent

2011 : 16,7 %
2026 : 32 %

Région du Saguenay-Lac-Jean


2011 : 17,6 %
2026 : 30 %

Région de la Capitale-Nationale


2011 : 17,6 %
2026 : 26,7 %


Région de Montréal


2011 : 15,6 %
2026 : 19,8 %


ÉTAT DES RESSOURCES


Source : Étude : « La santé  malade de la gestion », Angelo Soares, Données recueillies dans un CSSS de Montréal.


DIAGNOSTIC GLOBAL


D'une part,...


« On a conscience du phénomène (...). Nous avons investi beaucoup et il faut continuer d'investir (...). De 2002-2003 à 2009-2010, on est passé de 136 000 à 176 000 par année, pour le nombre de personne desservies pour les soins à domicile (...). Il faut savoir que le maintien à domicile sera au coeur de la politique « Vieillir chez soi » que nous sommes en train d'élaborer. »  Selon Florent Tanlet, attaché politique de Dominique Vien, ministre déléguée aux Services sociaux


D'autre part, ...


« Les travailleurs souffrent aussi de tout ça, puisqu'ils sont dans des contraintes qui n'ont plus de sens. Ils savent qu'ils ne peuvent plus offrir de bons services. » Selon Angelo Soares, professeur au département d'organisation et ressources humaines de l'École des sciences de la gestion à l'UQAM.


COMMENTAIRE DE PHILOMAGE


Comme vous avez pu vous en rendre compte, la solution clé qui s'en vient : c'est une politique axée sur les Seniors à venir dans les prochains mois intitulée « Vieillir chez soi ».


Il faut savoir que chez nos cousins Français, quelques mois (printemps 2010) ont suffi à pondre une politique similaire et à la mettre en place (été et automne 2010). Nous pourrions nous inspirer de leurs bons coups comme de leurs correctifs. Pourquoi pas?

VOIR MON ARTICLE À CE SUJET :

La France propose le maintien à domicile des personnes âgées

Nora Berra a lancé la mission « Vivre chez soi : autonomie, inclusion et projet de vie »

Nora Berra, la secrétaire d'État chargée des Aînés, a lancé le 18 février 2010 une mission chargée de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées.

Baptisée "Vivre chez soi : autonomie, inclusion et projet de vie", cette mission a pour objet de mieux répondre aux attentes de près de 90 % des aînés en France qui souhaitent vivre dans leur domicile, au sein de leur tissu relationnel et familial, le plus longtemps possible.


http://vivrevieux.blogspot.com/2010/07/la-france-propose-le-maintien-domicile.html


*** OBTENIR LE RAPPORT DE LA MISSION "VIVRE CHEZ SOI" Présenté à Madame Nora BERRA Secrétaire d'État en charge des Aînés, en juin 2010 *** :

http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_Vivre_chez_soi.pdf


Renseignez-vous grâce à cette étude offrant une comparaison entre la France et la Grande-Bretagne :

« Vieillir   chez   soi   :   une   comparaison   franco-britannique   des adaptations de l’habitat et du logement ».  Communication présentée  au colloque « Vivre le Vieillir », Université de Toulouse II
Mirail, les 11,12,13 mars 2009.

 OBTENIR LE DOCUMENT EN PDF : 

http://w3.cieu.univ-tlse2.fr/textes/Jim_Ogg_alii.pdf

VOIR AUSSI LE DOCUMENT DE LA MAIRIE BELFORT, À L'ADRESSE SUIVANTE :

http://www.mairie-belfort.com/pdsl/datas/9_Axes_PA.pdf

CONCLUSION

Ou bien, tout un ministère québécois tourne en rond, ou bien, les fonctionnaires québécois FONT L'AUTRUCHE, quand on voit avec quelle facilité, il est possible d'obtenir toute l'information en France, en ne bougeant même pas de son siège.

RD

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?